Santé/Nutrition

16 octobre, journée mondiale du pain : Le pain, un aliment équilibré par excellence

Depuis des temps immémoriaux, le pain est beaucoup estimé aussi bien par les petits que par les grands. Le pain «quotidien» signifie encore quelque chose pour la plupart d’entre nous et cela mérite bien qu’on s’y attarde et qu’on lui consacre une journée mondiale, en l’occurrence le 16 octobre

Pains tirés fraichement du four prêt à être vendu

Chaque pays a ses coutumes et ses traditions, comme chaque région a son pain. Consommé au petit-déjeuner, le pain est l’aliment préféré des Burundais. Cela s’observe le soir avec les longues files d’attente qui s’observent devant différentes boulangeries de la ville. Certaines sont plus prisées que d’autres. Les boulangeries Trianon, St Thomas ou encore Café Gourmand sont les plus réputés. Ce dernier arrive à écouler environ 500 pains par jour.

Baguette ou pain français, celui-ci est le plus préféré des Burundais. L’un des vendeurs de pain nous fait savoir qu’après une longue journée de travail, les gens ont toujours le temps d’acheter les baguettes avant de rentrer à la maison.

Une maman qui achetait le pain français dans une alimentation de la place indique : « J’ai une famille de trois enfants et ils vont tous à l’école en ville. Je dois m’assurer que tous ont eu leur pain avant de commencer la journée, car c’est grâce à cela qu’ils vont passer un bon temps à l’école et bien suivre les enseignements », indique-t-il avant d’ajouter que s’ils n’ont pas eu leurs pains quotidiens, comme on dit, un ventre affamée n’a point d’oreilles.

Quelle que soit la classe sociale à laquelle ils appartiennent, les Burundais mangent du pain car ils savent l’apport de cet aliment dans leurs alimentations. Fabriqué à base de farine, d’eau, de levure et de sel, le pain présente une composition nutritionnelle intéressante dans le cadre d’une alimentation équilibrée. Source de glucides complexes, de protéines végétales et de fibres, il participe également aux apports en vitamines du groupe B (B1 et B6) et en minéraux (magnésium, phosphore et potassium). Il est aussi riche en glucides complexes (55 g/100 g en moyenne) avec un index glycémique moyen ou élevé (entre 50 et 90).

Un autre vendeur rencontré dans le quartier indique : « Je vends le pain à 900 FBu l’unité. Ce qui représente une grande fortune pour certains, mais cela n’empêche pas que les gens l’achète. J’arrive à écouler 25 baguettes ainsi que 15 pains coupés par jour . Au petit matin, les stocks sont épuisés ».

Pourquoi le pain chaque matin ?

Même si vous ne la ressentez pas au lever du jour, la faim, après des heures de sommeil, ne va pas tarder à refaire surface. Selon un magazine français, prendre le temps le matin de recharger votre organisme est nécessaire pour commencer la journée du bon pied. Du pain au petit-déjeuner apporte de l’énergie nécessaire pour s’acquitter de ses activités quotidiennes, qu’elles soient personnelles ou professionnelles. Quand vous sautez le repas du matin, votre corps est en manque et aura tendance à stocker ce que vous lui apporterez dans les repas suivants. Il n’est pas rare non plus de se ruer sur le déjeuner et de manger en trop grande quantité car vous avez une faim d’ogre. Sans parler des petits casse-croûtes et autres collations caloriques et sucrées qui risquent de ponctuer votre matinée. Le magazine ajoute qu’en somme, le pain du petit matin vous apporte de l’énergie tout en étant un atout pour votre ligne.

Tenant compte de l’importance du pain, l’Union Internationale des Boulangers (UIB) a déclaré le 16 octobre, journée mondiale du pain.

A propos de l'auteur

Patrice Muhire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur.
La rédaction se réserve le droit de ne pas publier les commentaires enfreignant ces règles et les règles de bonne conduite.

http://burundi-eco.com/wp-content/uploads/2017/11/Journal-Burundi-Eco-nr-271-du-vendredi-17-Novembre-2017-Mailling.pdf

    Abonnez-vous à notre newsletter

éditorial

Rentabilisation de la culture du café : Possible, mais difficile

Rentabilisation de la culture du café : Possible, mais difficile

D’une histoire datant de la période coloniale, le café est un atout pour la réduction de la pauvreté et l’augmentation de la croissance économique au Burundi. Initier dans le cadre de développer l’agriculteur par lui-même, le café est la principale culture d’exportation du pays. Il représente environ 60 à 70 % de la valeur des exportations totales. Le café burundais est classé premier au monde par sa qualité (fully washed). Un autre avantage pour qu’il reste le principal pourvoyeur de devises au Burundi.

    Facebook

    Facebook par Weblizar Powered By Weblizar

éditorial

Rentabilisation de la culture du café : Possible, mais difficile

Rentabilisation de la culture du café : Possible, mais difficile

D’une histoire datant de la période coloniale, le café est un atout pour la réduction de la pauvreté et l’augmentation de la croissance économique au Burundi. Initier dans le cadre de développer l’agriculteur par lui-même, le café est la principale culture d’exportation du pays. Il représente environ 60 à 70 % de la valeur des exportations totales. Le café burundais est classé premier au monde par sa qualité (fully washed). Un autre avantage pour qu’il reste le principal pourvoyeur de devises au Burundi.