Economie

Rétro 2016: Journée dédiée au contribuable, une première au Burundi

OBR

Pour la 1ère fois le Burundi a célébré la journée dédiée au contribuable le mardi 6 décembre 2016. Ce fut une occasion de primer les meilleurs contribuables et les cérémonies ont été rehaussées par le Président de la République, Pierre Nkurunziza.

Le thème de la journée était «  Payons volontairement les impôts et soutenons le développement de notre pays ». Selon Léonard Sentore, commissaire général de l’ OBR , la célébration de la journée dédiée au contribuable est plus qu’une célébration. « C’est une occasion offerte au Gouvernement, par l’intermédiaire de l’administration fiscale et également offerte aux contribuables de se féliciter réciproquement, reconnaître les mérites communs, une opportunité pour le Gouvernement, source de l’impôt, de primer officiellement les contribuables, piliers du développement », a précisé M. Sentore. Son plus grand souhait est que le Gouvernement encourage les contribuables, reconnaisse ceux qui sont conformes et donne un clin d’œil aux récalcitrants et récidivistes.

Primer et encourager les meilleurs

OBRLes contribuables primés ont été choisis suivant différents critères. Le premier groupe a reçu le prix de conformité. L’autre prix était pour celui qui a créé plus d’emplois et qui a payé les impôts y relatifs et c’est AFRITEXTIL qui a reçu ce prix. Un autre prix a été décerné au meilleur partenaire de l’ OBR et c’est le gouverneur de Muyinga qui l’a eu et enfin un prix d’excellence a été décerné à la BRARUDI qui est parmi les grands contribuables.

André Giturashamba, un des contribuables qui a reçu le prix de conformité remercie l’OBR qui a pensé à primer les meilleurs contribuables. « C’est un signe d’encouragement et de reconnaissance de ce que nous faisons pour le développement du pays. Aujourd’hui je viens de remarquer que j’ai une place de choix dans le développement du pays en tant que contribuable. Cela va permettre à d’autres contribuables qui sont dans l’informel de changer de comportement et de payer leurs impôts et taxes volontairement », renchérit M. Giturashamba.

Des citoyens honnêtes

Dans son discours de circonstance, Pierre Nkurunziza, Président de la République a indiqué que le paiement des impôts et taxes occupe une place de choix dans le développement d’un pays. Il a remercié et félicité ceux qui ont été solennellement primés pour leur sens de civisme fiscal. Il demande cependant à l’ OBR d’augmenter les entrées dans le trésor public en poursuivant son action de lutte contre toute forme de commerce illicite et de fraude fiscale. Cette journée montre l’importance d’un contribuable et, le primer est un honneur pour un citoyen qui aime son pays.

A la même occasion, le commissaire général de l’ OBR a remis au Président de la République le prix que l’ OBR a reçu dernièrement du Forum Africain des Administrations Fiscales (ATAF, sigle en anglais). C’est un prix d’innovation reçu après avoir présenté la stratégie de lutte contre la corruption adoptée par l’ OBR .

A propos de l'auteur

Bella-Sonia Ndamiye.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur.
La rédaction se réserve le droit de ne pas publier les commentaires enfreignant ces règles et les règles de bonne conduite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

éditorial

Circuit coupé

Circuit coupé

Les cours de renforcement ont été suspendus temporairement. Ceux-ci étaient la résultante d’un consensus entre les parents et les éducateurs et tout apprenant était contraint à y participer. En mettant en place cette mesure, le ministère ayant l’éducation dans ses attributions estimait que ces cours qui normalement sont des activités pédagogiques complémentaires fondées sur les besoins des apprenants sont dispensés à des coûts exorbitants.

    Abonnez-vous à notre newsletter

    Facebook

    Facebook By Weblizar Powered By Weblizar

éditorial

Circuit coupé

Circuit coupé

Les cours de renforcement ont été suspendus temporairement. Ceux-ci étaient la résultante d’un consensus entre les parents et les éducateurs et tout apprenant était contraint à y participer. En mettant en place cette mesure, le ministère ayant l’éducation dans ses attributions estimait que ces cours qui normalement sont des activités pédagogiques complémentaires fondées sur les besoins des apprenants sont dispensés à des coûts exorbitants.