Economie

Les consommateurs confrontés à une crise alimentaire sans pareil

Les prix des denrées alimentaires ne cessent d’augmenter. De plus, même les prix de certaines boissons de la Brarudi ont été revus à la hausse depuis le 1er janvier 2017.Les consommateurs indiquent que cela vient ajouter le drame au drame du fait qu’ils sont confrontés au problème de pauvreté. Pour cela, ils demandent au gouvernement de mettre en place une politique de contrôle des prix dans l’immédiat. Sinon, les consommateurs vont être confrontés à une crise alimentaire sans pareil.

prix

« S’approvisionner en vivres n’est pas à la portée de toutes les portefeuilles, car les prix augmentent exponentiellement », s’inquiète un des consommateurs que Burundi Eco a rencontré au marché de Buyenzi samedi le 31 décembre 2016. Selon lui, de telles décisions tendant à revoir les prix à la hausse contribuent à rendre plus faible le pouvoir d’achat des consommateurs. « Je suis fonctionnaire de l’Etat. Je touche un salaire de 250 000 FBu par mois et mon épouse empoche 200 000 FBu par mois. Il nous est difficile de couvrir toutes nos dépenses mensuelles, car le coût du stock de vivres constitué de haricots, de riz, de farine du maïs a sensiblement varié », témoigne ce consommateur. Il fait savoir qu’il est actuellement de 150 000 FBu alors qu’il revenait à 90 000 FBu au mois d’août 2016. Je risque d’échouer de prendre en charge ma famille, se lamente-t-il. Il se demande quand les prix seront stabilisés.

Voici comment se présentent actuellement les prix de ces produits au marché de Buyenzi

Produits par kg

Prix en FBu

Haricots (Kinure)

1 800 FBu

Haricots (Magwabari)

2 000 FBu

Haricots (Jaune)

2 200 FBu

Haricots (Kijambure)

2 000 FBu

Haricots (Blancs)

1 800 FBu

Maïs

1 600 FBu

Farine de maïs 2ème qualité

1 500 FBu

Farine de manioc

1 400 FBu

Farine pour bouillie

2 500 FBu

Farine d’arachide

3 300 FBu

Arachides

3 500 FBu

Riz tanzanien

2 200 FBu

Riz Zambien

2 000 FBu

Pommes de terre (ndindamagara)

900FBu

Pommes de terre (ruhengeri)

1 000 FBu

Fretin sec 1ère qualité

28 000 FBu

Fretin sec 2ème qualité

24 000 FBu

Fretin sec 3ème qualité

20 000 FBu

Fretin sec 4ème qualité

15 000 FBu

Oignons rouges

1 100 FBu

Oignons blancs

900 FBu

Farine de maïs 1ère qualité

2 100 FBu

Quant à la hausse des prix de certaines boissons de la Brarudi, Jacques Ninganza, un autre consommateur rencontré à la zone Nyakabiga le 1er janvier 2017 en train de siroter pour fêter le nouvel an 2017 indique qu’il s’agit d’un lourd fardeau pour les consommateurs.

Les prix des produits de la BRARUDI sont fixés depuis le 1er janvier 2017 comme suit:

Produits de la BRARUDI

Prix par bouteille

Une bouteille de Primus de72 cl

1400 FBu

Une bouteille de Primus de 50 cl

1100 FBu

Une bouteille d’amstel de 65 cl

1800 FBu

Une bouteille d’amstel de 50 cl

1400 FBu

Une bouteille d’amstel bock

1 200 FBu

Une bouteille d’amstel royale

2 000 FBu

Selon un boutiquier rencontré à la zone Kanyosha,le sucre est un produit rare sur le marché. Cela fait que son prix varie du jour au jour même si son prix officiel par kg est passé de 1900 FBu à 2200 FBu. Il fait savoir qu’il vend le peu qu’il a à 3 000 FBu par kg.

Signalons à toutes fins utiles que les consommateurs demandent à l’Etat de mettre en place une politique de révision à la baisse des prix des produits en général et de ceux des produits de première nécessité en particulier. Sinon, bonjour la fringale.

A propos de l'auteur

Burundi Eco.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur.
La rédaction se réserve le droit de ne pas publier les commentaires enfreignant ces règles et les règles de bonne conduite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

éditorial

Circuit coupé

Circuit coupé

Les cours de renforcement ont été suspendus temporairement. Ceux-ci étaient la résultante d’un consensus entre les parents et les éducateurs et tout apprenant était contraint à y participer. En mettant en place cette mesure, le ministère ayant l’éducation dans ses attributions estimait que ces cours qui normalement sont des activités pédagogiques complémentaires fondées sur les besoins des apprenants sont dispensés à des coûts exorbitants.

    Abonnez-vous à notre newsletter

    Facebook

    Facebook By Weblizar Powered By Weblizar

éditorial

Circuit coupé

Circuit coupé

Les cours de renforcement ont été suspendus temporairement. Ceux-ci étaient la résultante d’un consensus entre les parents et les éducateurs et tout apprenant était contraint à y participer. En mettant en place cette mesure, le ministère ayant l’éducation dans ses attributions estimait que ces cours qui normalement sont des activités pédagogiques complémentaires fondées sur les besoins des apprenants sont dispensés à des coûts exorbitants.