Journée Mondiale de la femme

« Women in trade » : Pour augmenter les revenus des femmes commerçantes

200 mille USD est le fonds dont bénéficie par TMEA afin d’initier un projet pilote d’amélioration de l’environnement des affaires pour les femmes commerçantes. C’est l’AFAB qui en est gestionnaire

femme

Le 23 février 2017, la 21ème réunion du Comité National de Pilotage du Programme de TradeMark East Africa Burundi ( National Oversight Comittee : NOC ) s’est tenue à Rumonge. A 12 heures 30 minutes, les participants sont sortis de la salle de l’hôtel Tanganyika Blue Bay Resort où se tenait la réunion. Ils sont allés rejoindre à la plage un groupe de femmes qui dansaient en exposant des échantillons des produits qu’elles commercialisent. Celles-ci étaient des membres de l’Association des Femmes Entrepreneurs du Burundi (AFAB). D’un coup, le directeur a.i de TradeMark East Africa (TMEA) Burundi et la présidente de l’AFAB apposent leurs signatures sur un document. Celle-ci nous en fait le point. « AFAB et TMEA viennent de signer un mémorandum d’entente sur un fonds de 200 mille USD que la première va gérer », précise Claudette Ngendandumwe, présidente de l’AFAB. Elle indique que ce fonds est une sorte de projet pilote appelé « Femme dans le commerce » qui s’exécutera à l’intérieur du pays avec un accent particulier sur le commerce transfrontalier.

Quid des grandes activités ?

Claudette Ngendandumwe informe que le projet s’accomplira sous quatre volets, à savoir : un volet sur les études. Celui-ci, selon elle, concerne les enquêtes afin d’avoir les données exactes sur la situation actuelle de la femme dans le commerce, les difficultés rencontrées, les soucis, connaître le nombre de femmes engagées dans l’entrepreneuriat, les secteurs dans lesquels les femmes opèrent…Le deuxième volet, d’après Mme Ngendandumwe, est celui de la programmation. Elle fait remarquer que le troisième volet vise la formation en techniques de plaidoirie de 5O femmes choisies dans le pays. « Le quatrième volet s’intéresse à la formation de 400 femmes en entrepreneuriat, à la création d’associations…bien sûr en commençant par l’importance de quitter l’informel pour le formel », renchérit-elle.

Accroissement du projet

Selon Aimé Nzoyihera, directeur a.i TMEA Burundi, le mémorandum d’entente signé avec AFAB c’était pour débuter les travaux. Sinon l’objectif est d’accroître le projet dans la deuxième phase des activités de TMEA. Celle-ci commence d’ici le mois de juillet. Et de rappeler : « Pour Women in trade, TMEA va assurer l’expertise du projet tandis que l’AFAB assurera l’implémentation ». Il annonce que la deuxième phase a déjà repéré les chaînes de valeur ou les niches d’exportation, c’est-à-dire des secteurs prometteurs en matière de variation des exportations. M.Nzoyihera cite les secteur de la pêche, de l’huile de palme et des fruits tropicaux.

Gérard Muringa, conseiller à l’ambassade de royaumes des Pays- Bas au Burundi rappelle au nom de l’ambassadeur que le Burundi a bénéficié de 200 mille USD dans un don de 4 millions 500 mille USD octroyé par le royaume des Pays-Bas au niveau de la direction régionale de TMEA.

A propos de l'auteur

Mélance Maniragaba.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur.
La rédaction se réserve le droit de ne pas publier les commentaires enfreignant ces règles et les règles de bonne conduite.

Un commentaire
  • coc hack dit :

    Hi there, just became aware of your blog through Google, and found
    that it is really informative. I am gonna watch out for brussels.
    I will be grateful if you continue this in future.
    Numerous people will be benefited from your writing.

    Cheers!

Les commentaires sont fermés.

http://burundi-eco.com/wp-content/uploads/2017/11/Journal-Burundi-Eco-nr-271-du-vendredi-17-Novembre-2017-Mailling.pdf

    Abonnez-vous à notre newsletter

éditorial

Rentabilisation de la culture du café : Possible, mais difficile

Rentabilisation de la culture du café : Possible, mais difficile

D’une histoire datant de la période coloniale, le café est un atout pour la réduction de la pauvreté et l’augmentation de la croissance économique au Burundi. Initier dans le cadre de développer l’agriculteur par lui-même, le café est la principale culture d’exportation du pays. Il représente environ 60 à 70 % de la valeur des exportations totales. Le café burundais est classé premier au monde par sa qualité (fully washed). Un autre avantage pour qu’il reste le principal pourvoyeur de devises au Burundi.

    Facebook

    Facebook par Weblizar Powered By Weblizar

éditorial

Rentabilisation de la culture du café : Possible, mais difficile

Rentabilisation de la culture du café : Possible, mais difficile

D’une histoire datant de la période coloniale, le café est un atout pour la réduction de la pauvreté et l’augmentation de la croissance économique au Burundi. Initier dans le cadre de développer l’agriculteur par lui-même, le café est la principale culture d’exportation du pays. Il représente environ 60 à 70 % de la valeur des exportations totales. Le café burundais est classé premier au monde par sa qualité (fully washed). Un autre avantage pour qu’il reste le principal pourvoyeur de devises au Burundi.