Cooperation

Burundi-BAD : Vers une indépendance énergétique du pays

Mardi 27 septembre 2016, le Deuxième Vice-Président de la République du Burundi, Dr Ir Joseph Butore a reçu en audience René Obam Nlong, administrateur de la Banque Africaine de Développement (BAD). C’était une visite de consultation. Dans leurs entretiens, le Deuxième Vice-Président a demandé à la BAD de revoir à la hausse l’aide allouée au Burundi pour la réalisation des projets de développement. Il a également sollicité un appui budgétaire. L’administrateur a promis que la BAD restera au côté du Burundi. BAD butore-et-nlong

 

« Ma visite est une visite de concertation parce que je suis l’administrateur élu pour le compte du Burundi, du Cameroun, de la République Centrafricaine, du Congo et de la République Démocratique du Congo », a fait savoir l’administrateur de la BAD, René Obam Nlong. Il précise que pour sa 1ère sortie il vient au Burundi non seulement pour remercier les autorités de la République qui lui ont confié cette responsabilité mais, aussi pour recueillir les orientations des autorités de la République en matière de coopération multilatérale. Il ajoute qu’il est venu pour remercier le Burundi de l’appui qu’il a apporté à la BAD. M. Nlong fait remarquer que le Burundi constitue un maillon indispensable pour la Banque car, avoue-t-il, le Burundi a toujours honoré ses engagements. Il a fait savoir que la coopération entre la BAD et le Burundi se porte bien. Et M.Nlong de préciser que cette institution bancaire africaine restera aux côtés du Burundi. Il fait remarquer que c’est dans ce cadre que, l’administrateur de la BAD ira à l’intérieur du pays pour voir où en sont les projets que la BAD finance.

 

Domaines de coopération

 

Nlong indique que le Burundi et la BAD coopèrent sur base d’un document stratégique. Il précise que leur coopération s’articxule autour de deux axes à savoir : Le renforcement de la gouvernance et l’appui au niveau des infrastructures. « En matière d’infrastructure, le portefeuille de l’institution bancaire africaine est le transport et l’énergie à raison de 85 %. Et Nlong d’informer que la grande priorité de la BAD est d’éclairer l’Afrique et de l’alimenter en énergie. Cet administrateur de la BAD, poursuit en soulignant qu’il y a un programme qui est soit national ou multinational. « La BAD veut donner une indépendance énergétique au Burundi », lâche-t-il avant d’indiquer qu’en matière de transport, la BAD a financé les routes RN13, RN 3, la RN 18 .Pour ce qui est des projets à caractère multinational, la BAD prévoit relier le port de Bujumbura à celui de Mpulungu en Zambie.

 

Dr Butore demande à la BAD de revoir à la hausse les projets qu’elle finance. Il a également demandé à la BAD si elle ne peut pas financer les projets qui étaient financés par les bailleurs qui se sont retirés.

 

A propos de l'auteur

Mathias Ntibarikure.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur.
La rédaction se réserve le droit de ne pas publier les commentaires enfreignant ces règles et les règles de bonne conduite.

http://burundi-eco.com/wp-content/uploads/2017/11/Journal-Burundi-Eco-nr-271-du-vendredi-17-Novembre-2017-Mailling.pdf

    Abonnez-vous à notre newsletter

éditorial

Rentabilisation de la culture du café : Possible, mais difficile

Rentabilisation de la culture du café : Possible, mais difficile

D’une histoire datant de la période coloniale, le café est un atout pour la réduction de la pauvreté et l’augmentation de la croissance économique au Burundi. Initier dans le cadre de développer l’agriculteur par lui-même, le café est la principale culture d’exportation du pays. Il représente environ 60 à 70 % de la valeur des exportations totales. Le café burundais est classé premier au monde par sa qualité (fully washed). Un autre avantage pour qu’il reste le principal pourvoyeur de devises au Burundi.

    Facebook

    Facebook par Weblizar Powered By Weblizar

éditorial

Rentabilisation de la culture du café : Possible, mais difficile

Rentabilisation de la culture du café : Possible, mais difficile

D’une histoire datant de la période coloniale, le café est un atout pour la réduction de la pauvreté et l’augmentation de la croissance économique au Burundi. Initier dans le cadre de développer l’agriculteur par lui-même, le café est la principale culture d’exportation du pays. Il représente environ 60 à 70 % de la valeur des exportations totales. Le café burundais est classé premier au monde par sa qualité (fully washed). Un autre avantage pour qu’il reste le principal pourvoyeur de devises au Burundi.