Médias

Burundi ECO souffle ses 4 bougies

Il a su garder le cap et faire preuve d’une évolution appréciable. C’est le journal Burundi Eco qui vient de célébrer ses 4ans d’existence mardi le 23 août 2016. Cet anniversaire coïncide avec le lancement d’un nouveau produit « SMS for Change » qui permettra même aux lecteurs des coins les plus reculés du pays de recevoir des informations via leurs téléphones portables.Burundi Eco autour d'un café

 

A l’occasion de la célébration de son quatrième anniversaire, le Journal Burundi Eco a organisé un café de presse. Selon Mélance Buregeya, promoteur de ce journal,Burundi Eco a su remplir sa mission d’informer, de former et d’éduquer pour le développement.

 

« En 4 ans, son format est passé du simple au double (de A4 à A3), son tirage de 500 à 1200 exemplaires par semaine, son personnel a atteint 12 collaborateurs, son mailing list 13.000 personnes par semaine, son site web bien fonctionnel et le journal accessible via les réseaux sociaux facebook et twitter » a informé M. Buregeya.

 

Ce sont tous ces efforts qui permettent aujourd’hui de lancer officiellement le projet SMS for Change et, avec ce nouveau projet, même le lecteur du coin le plus reculé du pays pourra recevoir des informations via son téléphone portable, précise t-il.

 

M.Buregeya n’a pas manqué de réitérer ses vifs remerciements aux bailleurs et autres bienfaiteurs qui ne cessent d’appuyer les médias burundais en général et la presse écrite en particulier.

 

Il remercie le bon Dieu pour avoir protégé l’équipe de Burundi Eco principalement les journalistes car, nombreux d’entre leurs collègues ont été contraints à l’exil. Et, tout le monde médiatique Burundais ainsi que ses partenaires pleurent la disparition de Jean Bigirimana, un journaliste du groupe de presse Iwacu

 

Révolutionner le monde médiatique burundais

 

« Quatre années de publication régulière du journal c’est déjà grand-chose quand nous savons le contexte de crise Burundi Ecoéconomique que connaissent le monde, le Burundi et les médias Burundais n’étant pas en reste. Etant au 206ème numéro, nul doute que c’est le fruit d’efforts renouvelés chaque jour durant tout ce long parcours », a déclaré M. Rémy Ndayishimiye, assistant du ministre des Postes, des Télécommunications, de l’Information, de la Communication et des Médias dans son mot de circonstance.

 

Etant donné que le monde médiatique et la technologie évoluent du jour au jour, M. Ndayishimiye souligne que l’introduction par le journal Burundi Eco d’un nouveau système de communication dénommé SMS FOR CHANGE va révolutionner le monde médiatique burundais.

 

De la part du ministère, poursuit l’assistant du ministre ayant les médias dans ses attributions, c’est une innovation qui vient à point nommé en ce sens qu’un projet de loi sur les transactions électroniques va bientôt voir le jour. Avec donc ce nouveau produit, les campagnes de sensibilisation seront faciles, rapides et l’information atteindra un bon nombre de population dans une poignée de secondes via leurs téléphones portables.

 

«  Coup de chapeau pour ce journal qui ne cesse d’innover pour contribuer au développement socio-économique », conclut M. Ndayishimiye.

A propos de l'auteur

Bella-Sonia Ndamiye.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur.
La rédaction se réserve le droit de ne pas publier les commentaires enfreignant ces règles et les règles de bonne conduite.

http://burundi-eco.com/wp-content/uploads/2017/09/Journal-Burundi-Eco-nr-262-du-vendredi-15-Septembre-2017-Mailling.pdf

    Abonnez-vous à notre newsletter

éditorial

Les amateurs de la sainte mousse préoccupés

Les amateurs de la sainte mousse préoccupés

Le manque de bière pour un Burundais est comme le manque de pain pour un Français. Malheureusement depuis un certain temps à Bujumbura comme à l’intérieur du pays, le manque de certains produits Brarudi se fait remarquer. Il est toujours difficile de se procurer certains produits de la Brarudi, notamment la Primus 72 cl et l’Amstel 65 cl. Ces produits se raréfient depuis un certain temps.

    Facebook

    Facebook par Weblizar Powered By Weblizar

éditorial

Les amateurs de la sainte mousse préoccupés

Les amateurs de la sainte mousse préoccupés

Le manque de bière pour un Burundais est comme le manque de pain pour un Français. Malheureusement depuis un certain temps à Bujumbura comme à l’intérieur du pays, le manque de certains produits Brarudi se fait remarquer. Il est toujours difficile de se procurer certains produits de la Brarudi, notamment la Primus 72 cl et l’Amstel 65 cl. Ces produits se raréfient depuis un certain temps.