Environnement

Déchets en plastique : dangereux, mais recyclables

Les immondices déversés au dépotoir de Mubone en zone Buterere constituent à la fois une matière première par l’opération de recyclage une fois triées, mais aussi une bombe à retardement pour les indigents qui s’y approvisionnent. Le sujet de cette édition concerne les sachets. Bien qu’efficace pour le transport des biens, ils sont dangereux pour l’homme et l’environnement. Pourtant, ils peuvent être recyclés.

Des personnes indigentes cherchent de quoi mettre sous la dent dans les immondices de Mubone

Les immondices enlevées de part et d’autre de la municipalité de Bujumbura sont déposées à Mubone. Les sachets y règnent en maître. Ils sont de toutes les couleurs. Ceux de grande taille sont souvent sélectionnés, lavés et revendus aux industries de recyclage pour rentabilisation. Les immondices sont brûlées pour diminuer leur volume, laissant une fumée noirâtre inonder l’atmosphère. Les sachets qui y sont mélangés contiennent des produits toxiques, comme les métaux lourds et la population environnante les aspire. Dans cette nuée de fumée, les enfants, les adultes et les vieillards indigents se disputent le petit butin qui se trouve dans les déchets ménagers abandonné par des familles plus nantis qu’eux. Ils inhalent cet air impur et dangereux pour la santé de ces innocents.

Constantin Nayisi est conseiller à la Direction des Ressources en Eaux et Assainissement au ministère ayant l’assainissement et l’environnement dans ses attributions. Chimiste de formation, il explique que les sachets sont de deux sortes : ceux qui sont biodégradables et ceux qui sont non biodégradables. Selon lui, ces derniers causent beaucoup de problèmes tant au niveau sanitaire qu’au niveau environnemental.

Son impact sur la santé

Les sachets portent des insignes qui indiquent leurs catégories. Elles sont au nombre de sept, mais trois sont plus dangereuses. Celles-ci constituent la catégorie de polychlorure de vinyle (no3) qui contient des produits qui peuvent causer le cancer, la catégorie de polystyrène (no6) qui contient le styrène et qui est toxique pour le cerveau et le système nerveux avec des implications sur le foie et les organes humains. La catégorie de Bisphénol-A (no7), quant à elle, peut causer des malformations au niveau de la reproduction. M.Nayisi informe que la contamination peut passer par l’inhalation : « Si vous brûlez les sachets, vous aspirez les gaz que contiennent ces polluants ». La dégradation physique, peut conduire à la contamination des individus. A ce sujet, il parle des personnes qui couvrent les poêles avec des sachets surtout noirs pendant la cuisson des aliments ou des récipients contenant des boissons pendant leur fermentation ou leur conservation. Les sachets noirs étant fabriqués à base des restes du pétrole, Ce chimiste de formation explique qu’ils contiennent des métaux lourds comme le plomb, le chrome, etc. qui sont très toxiques pour la santé.

Les sachets incinérés dégagent des gaz toxiques

Ce cadre du ministère ayant l’assainissement dans ses attributions fait savoir que les sachets peuvent faciliter la contamination par des gènes pathogènes. « Si vous mettez les aliments pollués (donc toxiques) dans un sachet et que vous les mélangez avec d’autres immondices, les gens qui trient ces aliments des immondices sont contaminées par les germes pathogènes et attrapent des maladies surtout diarrhéiques », a-t-il souligné.

Certains sachets sont recyclables

Selon lui, un sachet ne prend pas 20 minutes pour sa fabrication mais peut rester de 400 à 1200 ans dans la nature en attente de dégradation. Il y en a qui peuvent atteindre 4000 ans. Les sachets biodégradables sont fabriqués à base de polyéthylène mélangé à de l’amidon, mais ne sont pas utilisés au Burundi puisqu’ils coûtent cher alors que les sachets non biodégradables peuvent être offerts gratuitement dans les supermarchés.

Tous les sachets ne sont pas biodégradables quelque soit leur diamètre. L’avantage des sachets de grand diamètre c’est qu’ils sont utilisés plusieurs fois qu’ils ne sont pas jetés directement dans la nature après utilisation. Ce sont aussi des sachets recyclables puisqu’on peut les ramasser et les recycler pour la fabrication d’autres sachets, des briques, des pavés ou des sacs à main. Les  petits sachets fins ne sont pas recyclables puisqu’ils ne sont pas facilement récupérables. Les ménages devraient opérer un tri sélectif des déchets ménagers en vue de faciliter leur récupération pour un probable recyclage.

A propos de l'auteur

Bonith Bigirindavyi.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur.
La rédaction se réserve le droit de ne pas publier les commentaires enfreignant ces règles et les règles de bonne conduite.

http://burundi-eco.com/wp-content/uploads/2017/09/Journal-Burundi-Eco-nr-262-du-vendredi-15-Septembre-2017-Mailling.pdf

    Abonnez-vous à notre newsletter

éditorial

Les amateurs de la sainte mousse préoccupés

Les amateurs de la sainte mousse préoccupés

Le manque de bière pour un Burundais est comme le manque de pain pour un Français. Malheureusement depuis un certain temps à Bujumbura comme à l’intérieur du pays, le manque de certains produits Brarudi se fait remarquer. Il est toujours difficile de se procurer certains produits de la Brarudi, notamment la Primus 72 cl et l’Amstel 65 cl. Ces produits se raréfient depuis un certain temps.

    Facebook

    Facebook par Weblizar Powered By Weblizar

éditorial

Les amateurs de la sainte mousse préoccupés

Les amateurs de la sainte mousse préoccupés

Le manque de bière pour un Burundais est comme le manque de pain pour un Français. Malheureusement depuis un certain temps à Bujumbura comme à l’intérieur du pays, le manque de certains produits Brarudi se fait remarquer. Il est toujours difficile de se procurer certains produits de la Brarudi, notamment la Primus 72 cl et l’Amstel 65 cl. Ces produits se raréfient depuis un certain temps.