Environnement

Déménagement provisoire de l’EPJP Nyakabiga III

Une partie d’une infrastructure abritant les toilettes de l’Ecole Primaire du Jardin Public (EPJP) de Nyakabiga III s’est écroulée. Elle a été emportée par les eaux de la rivière Ntahangwa la nuit de ce 17 janvier 2017. Les élèves de la première (1ère) à la sixième (6ème) année à cet établissement ont déménagé vers l’Ecole Fondamentale Mgr Scheppers de Nyakabiga II où ils vont désormais suivre leurs cours les après-midi à partir de ce jeudi. Il séjourneront à cette école un mois en attendant la construction de nouvelles toilettes. Selon Frère Désiré Habiyaremye, directeur de l’ECOFO Mgr Scheppers, cette période a fait l’objet d’un consensus entre cette école et la Direction Communale de l’Enseignement de la commune Mukaza. « Passé ce délai, nous allons fermer les portes à ces enfants », a-t-il informé. Il a souligné qu’ils se sont également convenus sur les stratégies de gestion de ces élèves.

A propos de l'auteur

Bonith Bigirindavyi.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur.
La rédaction se réserve le droit de ne pas publier les commentaires enfreignant ces règles et les règles de bonne conduite.

http://burundi-eco.com/wp-content/uploads/2018/02/Journal-Burundi-Eco-nr-284-du-vendredi-16-Février-2018-Mailling.pdf

    Abonnez-vous à notre newsletter

éditorial

La Regideso confrontée à la sous-consommation de l’électricité

La Regideso confrontée à la sous-consommation de l’électricité

Depuis plus de quatre mois, les habitants de la ville de Bujumbura se réjouissent de la disponibilité de l’électricité au moins 18 h par jour, c’est-à-dire de 6 h à minuit. Cela est le résultat de l’augmentation de la production de l’électricité par la Regideso qui a été suivie par la hausse des tarifs.

    Facebook

    Facebook par Weblizar Powered By Weblizar

éditorial

La Regideso confrontée à la sous-consommation de l’électricité

La Regideso confrontée à la sous-consommation de l’électricité

Depuis plus de quatre mois, les habitants de la ville de Bujumbura se réjouissent de la disponibilité de l’électricité au moins 18 h par jour, c’est-à-dire de 6 h à minuit. Cela est le résultat de l’augmentation de la production de l’électricité par la Regideso qui a été suivie par la hausse des tarifs.