Editorial

Développement de Burundi Eco : l’effort collectif ne cesse de se manifester

Il y a de cela 5 ans que le journal Burundi Eco est au service du développement socio-économique du pays.
En 2012, les promoteurs de Burundi Eco ont senti un besoin fort d’informer, former et éduquer pour le développement. C’est dans ce cadre que fut créé le premier journal à tendance socio-économique dans le monde médiatique burundais. Sa première parution a eu lieu le 23 août 2012.

Le couteau était à double tranchant. Premièrement, démarrer un médium demande un investissement important. Pourtant, les opérateurs économiques investissent peu dans ce domaine. Deuxièmement, le journal avait une tendance socio-économique et était apolitique. Bien qu’il soit distribué gratuitement, les lecteurs Burundais s’en désintéressaient parce qu’ils aiment beaucoup la politique et les rumeurs.

Mélance Maniragaba, journaliste.

Malgré tout, le journal a tenu bon. Le résultat de son travail est largement positif. Sans trop nous attarder sur les innovations comme l’introduction du site web www.burundi-eco.com, le système mailing list, les pages twitter et facebook dans ses produits, Burundi Eco a été classé 4ème dans la presse écrite burundaise comme le journal le plus lu par l’institut français IMMAR. C’était en 2014. Dans le même classement, il s’est retrouvé en deuxième position dans la presse écrite privée. Il a également été primé premier par l’Association des Femmes Journalistes (AFJO), dans « Le prix genre médias, édition 2016 ».

En plus, il a remporté « Le prix concours médias, édition 2017 », organisé par le Conseil National de la Communication (CNC) en date du 17 novembre 2017. La première et la deuxième place sont revenues au journal Burundi Eco. Ce qui fait qu’il a raflé les deux prix réservés pour la catégorie presse écrite.

Le 24ème jour du mois de novembre, il vient de marquer un pas de géant dans son histoire. Celui d’établir des partenariats avec les universités. Désormais, les productions du journal vont constituer un support pédagogique et didactique des cours liés aux matières qu’il traite en priorité, à savoir : l’économie, le développement local et régional, l’intégration régionale, l’énergie, l’aménagement du territoire, la fiscalité, la mobilité, les finances publiques…Ce n’est rien d’autre que du gagnant-gagnant. Les étudiants et les professeurs peuvent se ressourcer dans le journal pour la préparation de leurs travaux ainsi que leurs projets. Burundi Eco à son tour a la chance d’accéder facilement aux informations fournies par ces universités et surtout les professeurs en tant qu’experts. Ce sera également une occasion pour le journal d’atteindre un grand public, une de ses missions. Cela, car il est distribué gratuitement et tout le monde peut le prendre dans une bibliothèque des universités et rentrer avec.

Que les lecteurs, les partenaires, les bailleurs et les collaborateurs du journal trouvent ici notre profonde gratitude. Qu’ils restent toujours aux côtés du journal afin de continuer à le soutenir dans cette bonne voie.
Bonne collaboration à nous tous, l’équipe Burundi Eco, les lecteurs, les partenaires, les bailleurs et les collaborateurs.

A propos de l'auteur

Mélance Maniragaba.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur.
La rédaction se réserve le droit de ne pas publier les commentaires enfreignant ces règles et les règles de bonne conduite.

éditorial

A tout seigneur, tout honneur

A tout seigneur, tout honneur

Pour la deuxième fois, l’Office Burundais des Recettes vient de célébrer la Journée Nationale dédiée au contribuable. Aucun pays au monde ne peut prétendre à un développement harmonieux et durable sans que ses contribuables n’accomplissent leur devoir de payer les impôts et les taxes. L’importance des prélèvements obligatoires est sans conteste dans la vie de tout pays dans le domaine politique, économique, social et j’en passe.