Agriculture

Le FIDA promet d’étendre ses appuis dans toutes les provinces en 2018

Alors que les projets financés par le Fonds International de Développement Agricole (FIDA) interviennent dans 13 provinces, cette organisation déclare continuer les appuis jusqu’à couvrir toutes les provinces du pays en 2018.

Ghachem Kadari, représentant a.i du FIDA au Burundi : « Avec le nouveau projet de microfinance (Projet d’Appui à l’Inclusion Financière Agricole et Rurale du Burundi : PAIFAR-B) dont l’accord de financement de 24, 9 millions USD a été signé le 3 octobre 2017, les interventions couvriront maintenant la totalité des provinces du pays »

« Dans une enquête mondiale menée en 2014, plus de 70 % des jeunes agriculteurs ont déclaré que l’accès au financement était leur principal obstacle. Aussi, pour parvenir à une croissance économique équilibrée et inclusive et ne laisser personne de côté, il est essentiel que les gouvernements, les institutions de développement et le secteur privé reconnaissent le potentiel des jeunes et des hommes des zones rurales à sortir de la pauvreté. C’est dans cet esprit que le Fonds International de Développement Agricole (FIDA) poursuit son appui aux populations les plus vulnérables. Avec le nouveau projet de microfinance (Projet d’Appui à l’Inclusion Financière Agricole et Rurale du Burundi : PAIFAR-B) dont l’accord de financement de 24, 9 millions USD a été signé le 3 octobre 2017, les interventions couvriront maintenant la totalité des provinces du pays », a précisé Ghachem Kadari, représentant a.i du FIDA au Burundi. C’était jeudi le 21 décembre 2017 lors de la présentation des réalisations du ministère de l’Agriculture et de l’Elevage en collaboration avec le FIDA. Pour M. Ghachem Kadari, depuis le 20 décembre 2017, le Conseil d’Administration du FIDA a approuvé un financement additionnel de 6, 5 millions USD au profit du Programme de Développement des Filières (PRODEFI) afin de mener des activités complémentaires dans les zones cibles. Il informe également que le comité du FIDA a donné son accord pour la formulation d’un nouveau projet à partir de février 2018, pour l’intensification de la production agricole et la réduction de la vulnérabilité en milieu rural. « Le FIDA va allouer un montant de 15, 5 millions USD. Par ailleurs nous sommes en discussions avec d’autres bailleurs pour porter ce financement à 50 millions USD afin de couvrir le maximum des collines », renchérit-il. M. Ghachem Kadari fait remarquer aussi que l’année 2018 sera une occasion de mettre l’accent sur la gestion des connaissances et la communication sur le terrain, le renforcement institutionnel et de cadre de concertation au niveau des provinces et des communes.

Plus de trente ans d’intervention au Burundi

« La coopération entre le FIDA et le Burundi a démarré en 1980 », indique Ghachem Kadari. Selon lui, le FIDA a appuyé la mise en place de 12 projets et programmes dont sept sont terminés et cinq en cours d’exécution dans 13 provinces du pays pour un montant total de 288 millions USD. M. Ghachem Kadari rappelle que c’est avec le FIDA qu’a commencé le développement de la riziculture dans la plaine de l’Imbo. Il signale que le FIDA a assuré le leadership dans la reformulation de la Stratégie Agricole Nationale 2008-2009 et du Plan National d’Investissement Agricole (PNIA) 2012-2017. Et de continuer : « Le FIDA a été impliqué dans la formulation du Cadre Stratégique de Lutte contre la Pauvreté II (CSLP II) 2012-2015. Il a contribué également au rapport national de contextualisation et de priorisation des Objectifs de Développement Durable (ODD), validé avec l’appui du PNUD en juillet 2017 ».

Oeil sur les réalisations

Le total du portefeuille du FIDA au Burundi est estimé à 273 millions USD. Le Projet d’Appui à l’Intensification et à la Valorisation Agricole (PAIVA-B) est financé à hauteur de 56 millions USD. Le Programme de Développement des Filières (PRODEFI) et l’Emploi des Jeunes Ruraux (EJR) est financé à hauteur de 68 millions USD. Le PRODEFI II est financé à hauteur de 51 millions USD. Le Projet pour Accélérer l’Atteinte des Objectifs du Millénaire pour le Développement au Burundi (PROPA-O) est financé à hauteur de 23 millions USD. Le Programme National pour la Sécurité Alimentaire et le Développement Rural de l’Imbo et du Moso est financé à hauteur de 51 millions USD et le Projet d’Appui à l’Inclusion Financière Agricole et Rurale du Burundi (PAIFAR-B) est financé à hauteur de 25 millions USD.

660 mille ménages ont déjà bénéficié des appuis du FIDA via les projets et les programmes ci-haut cités. Cela de 2009 à 2017. Ainsi 45 mille ha de bassins versants ont été protégés, 7 250 ha de marais ont été aménagés, le rendement rizicole a été augmenté de 1, 5 tonnes par ha à 5 tonnes par ha, 32 hangars et aires de séchage ont été construits, 14 millions de tonnes de riz ont déjà été stockés, 16 274 vaches ont été distribuées, 31 centres de collecte de lait ont été construits, 28 500 personnes ont bénéficié de foyers d’apprentissage et de réhabilitation nutritionnelle, 54 mille membres de groupes de caution solidaire ont bénéficié de crédits, un montant de 3 849 230 USD a été accordé comme crédits aux bénéficiaires des projets à travers les institutions de microfinance, 28 mille emplois permanents ont été créés en majorité par les jeunes, 45 mille adultes ont été alphabétisés, assistés juridiquement et ont bénéficié de foyers améliorés et de dispositifs de collecte des eaux de pluie, 431 pistes d’accès ont été réhabilitées ou créées.

Créé en 1977, le FIDA a pour vocation d’aider financièrement, comme bailleur de fonds et organisateur, le développement agricole et rural des pays en développement. Il se donne pour mission d’y combattre la faim, la malnutrition et la pauvreté par l’amélioration des moyens et des techniques agricoles et par la création et la modernisation d’activités agricoles ou commerciales en milieu rural, moyennant des projets de microfinance gérés au niveau local.

A propos de l'auteur

Mélance Maniragaba.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur.
La rédaction se réserve le droit de ne pas publier les commentaires enfreignant ces règles et les règles de bonne conduite.

http://burundi-eco.com/wp-content/uploads/2018/01/Journal-Burundi-Eco-nr-280-du-vendredi-19-Janvier-2018-Mailling.pdf

    Abonnez-vous à notre newsletter

éditorial

Des séries de dollars dévalorisées

Des séries de dollars dévalorisées

En théorie, le dollar américain n’a pas de limite de validité au cas où il est en bon état. Bien plus, l’écriture « This note is legal tender for all debts, public and private » est une mention légale signifiant que la monnaie est une offre valable et légale lors du paiement des dettes lorsqu’il est présenté à un créancier qu’il soit public ou privé.

    Facebook

    Facebook par Weblizar Powered By Weblizar

éditorial

Des séries de dollars dévalorisées

Des séries de dollars dévalorisées

En théorie, le dollar américain n’a pas de limite de validité au cas où il est en bon état. Bien plus, l’écriture « This note is legal tender for all debts, public and private » est une mention légale signifiant que la monnaie est une offre valable et légale lors du paiement des dettes lorsqu’il est présenté à un créancier qu’il soit public ou privé.