Médias

Forum national des radios locales et communautaires : Renforcer les capacités des radios locales par le biais des TIC

Les radios locales et communautaires doivent produire des informations de qualité en adéquation avec les préoccupations de la population. Ce sont les propos du ministre ayant en charge les médias lors d’un Forum National des radios locales et communautaires organisé en partenariat avec l’UNESCO du 19 au 21 septembre à Gitega.

De gauche à droite, Josephine Ntahobari, chargée de la Maison de l’UNESCO pour la culture et la paix et Nestor Bankumukunzi, ministre des Postes, des Technologies de l’Information, de la Communication et des Médias

Selon Joséphine Ntahobari, chargé de la Maison de l’UNESCO pour une culture et la paix, le forum national des radios locales et communautaires s’inscrit dans le cadre du projet « Renforcer les capacités des radios locales par le biais des TIC ». C’est un projet mis en œuvre par l’UNESCO dans plusieurs pays en Afrique (Burundi, Kenya, Tanzanie, Zambie, Rwanda, RDC, Namibie, Lesotho)

Au Burundi, précise Mme Ntahobari, le projet permet d’atteindre via les radios bénéficiaires, environ 6 millions d’habitants, principalement les personnes vivant dans les zones rurales. Elle fait remarquer que le projet « Renforcer les capacités des radios locales par le biais des TIC » est une réponse concrète aux divers défis qui plombent le développement des radios locales et communautaires. Des stations de radio bénéficiaires ont pu adopter l’usage de plusieurs solutions basées sur les technologies mobiles tant pour l’interaction avec l’audience que pour la conduite des reportages de terrains. De même, la qualité du contenu et son adéquation avec les attentes des populations cibles ont été sensiblement améliorées.

Aider les populations à avoir des informations qui améliorent leur quotidien

Mme Ntahobari souligne que les acquis de ce projet démontrent à suffisance que les stations de radios locales peuvent et doivent produire des contenus suffisamment en adéquation avec les attentes de la population dans une démarche participative pour donner la voix à ces populations. Pour l’UNESCO, les populations locales ont besoins d’une information de qualité, susceptible de les aider à prendre des décisions importantes pour améliorer leur quotidien. Ce besoin ne saurait être comblé efficacement que par des médias qui sont à la fois proches des populations, viables économiquement et capables de réaliser des contenus de qualité.

Associer les populations locales aux productions radiophoniques

Au nom du gouvernement, Nestor Bankumukunzi, ministre des Postes, des Technologies, de l’information, de la Communication et des Médias, apprécie le projet qui vise à associer les populations locales aux productions radiophoniques en traitant des sujets intéressant ces populations, notamment l’agriculture, l’élevage, l’environnement, la santé, la culture, etc…

Avec ce programme, M. Bankumukunzi informe que les médias vont devenir davantage des canaux d’échanges sur les questions de développement local. En effet, l’éducation constitue la base fondamentale sur laquelle les peuples du monde entier s’appuient pour leur développement socio-économique.

Dans cette démarche, précise le ministre, les médias jouent un rôle important car ils constituent le principal canal de transmission des connaissances, du savoir et du savoir-faire dont la population a besoin.

Pour M.Bankumukunzi, les journalistes des radios communautaires et les correspondants doivent s’assurer en tant que reporters sur place qu’ils donnent une information fouillée, vérifiée, impartiale et de manière responsable. Ils doivent non seulement parler de l’actualité, mais également des questions en rapport avec le développement socio-économique des communautés. Bref, ils doivent être des catalyseurs du développement multidimensionnel de leur région et orienter les acteurs du développement dans la prise des décisions.

Notons que plusieurs radios locales et communautaires dont Radio Ijwi ry’Umukenyezi, radio humuriza FM, Radio Colombe, CCIB FM+, Radio Culture, Rema FM, etc. ont bénéficié du projet et  que seulement trois provinces du pays ont bénéficié du projet.

A propos de l'auteur

Bella-Sonia Ndamiye.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur.
La rédaction se réserve le droit de ne pas publier les commentaires enfreignant ces règles et les règles de bonne conduite.

http://burundi-eco.com/wp-content/uploads/2017/12/Journal-Burundi-Eco-nr-274-du-vendredi-08-Décembre-2017-Mailling.pdf

    Abonnez-vous à notre newsletter

éditorial

A tout seigneur, tout honneur

A tout seigneur, tout honneur

Pour la deuxième fois, l’Office Burundais des Recettes vient de célébrer la Journée Nationale dédiée au contribuable. Aucun pays au monde ne peut prétendre à un développement harmonieux et durable sans que ses contribuables n’accomplissent leur devoir de payer les impôts et les taxes. L’importance des prélèvements obligatoires est sans conteste dans la vie de tout pays dans le domaine politique, économique, social et j’en passe.

    Facebook

    Facebook par Weblizar Powered By Weblizar

éditorial

A tout seigneur, tout honneur

A tout seigneur, tout honneur

Pour la deuxième fois, l’Office Burundais des Recettes vient de célébrer la Journée Nationale dédiée au contribuable. Aucun pays au monde ne peut prétendre à un développement harmonieux et durable sans que ses contribuables n’accomplissent leur devoir de payer les impôts et les taxes. L’importance des prélèvements obligatoires est sans conteste dans la vie de tout pays dans le domaine politique, économique, social et j’en passe.