Culture

IFB-Concours Génies en herbe : L’Union Européenne à la rescousse de la jeunesse burundaise

Le club Génies en Herbe a organisé à l’Institut Français du Burundi une édition unique de son concours appuyé par la délégation de l’Union Européenne au Burundi.

Photo de famille de la délégation de l’UE au Burundi et des participants au concours

Une trentaine de jeunes de 18 à 35 ans ont passé des épreuves de culture générale portant sur l’Union Européenne, mais aussi sur son partenariat avec le continent africain en général et sa coopération avec le Burundi en particulier.

Selon la directrice-déléguée de l’Institut Français du Burundi, Mme Stéphanie Soleansky, c’est toujours un très grand plaisir mais aussi une évidence d’accueillir un concours encourageant la curiosité de l’esprit, le rayonnement des savoirs et l’ouverture sur le monde car ce sont précisément les objectifs que l’IFB poursuit tout au long de l’année.

Le premier, le deuxième et le troisième ont reçu respectivement comme prix une télévision écran plat, un hautparleur ainsi qu’un smartphone. Juste Darcy Ngabirano, étudiant à l’université du lac Tanganyika, grand gagnant du concours ne cache pas sa joie. Il indique : «Je remercie l’Union Européenne d’avoir organisé cet évènement et d’avoir octroyé des prix aux gagnants et j’espère qu’il continuera à organiser ce genre d’évènement dans l’avenir ». « Le thème de ce concours ”Investir en faveur de la jeunesse pour un avenir durable” nous aide à se mettre à niveau en ce qui concerne les partenaires de notre pays, mais aussi à connaître l’environnement et la culture des pays de l’Union Européenne», ajoute-t-il.

Cet évènement a été organisé dans le cadre du 5ème sommet Union Européenne-Union Africaine qui se tiendra à Abidjan en novembre 2017, du 60ème anniversaire du Traité de Rome et du 30ème anniversaire du programme d’échange interuniversitaire Erasmus.

L’une des jeunes participantes au précédent sommet qui s’est tenu à Abidjan du 9 au 11 octobre 2017, Elvira Gakiza, affirme qu’elle est très contente de la place qu’occupent les jeunes dans la réflexion des dirigeants européens et africains. Elle espère que les recommandations formulées par les jeunes seront mises en application afin de maximiser l’impact et l’implication de la jeunesse.

« Chers jeunes, une porte nous a été ouverte, à savoir le partenariat Union Européenne-Union Africaine. A nous d’en faire bon usage et d’en tirer profit. Aucune autre personne ne le fera à notre place. L’avenir c’est nous, mais la préparation de l’avenir c’est maintenant », indique-t-elle.

Signalons que ce sommet sera le point d’orgue d’une série d’évènements préparatoires visant à exprimer les points de vue des principaux acteurs du partenariat Union Européenne – Union Africaine.

A propos de l'auteur

Patrice Muhire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur.
La rédaction se réserve le droit de ne pas publier les commentaires enfreignant ces règles et les règles de bonne conduite.

http://burundi-eco.com/wp-content/uploads/2017/11/Journal-Burundi-Eco-nr-271-du-vendredi-17-Novembre-2017-Mailling.pdf

    Abonnez-vous à notre newsletter

éditorial

Rentabilisation de la culture du café : Possible, mais difficile

Rentabilisation de la culture du café : Possible, mais difficile

D’une histoire datant de la période coloniale, le café est un atout pour la réduction de la pauvreté et l’augmentation de la croissance économique au Burundi. Initier dans le cadre de développer l’agriculteur par lui-même, le café est la principale culture d’exportation du pays. Il représente environ 60 à 70 % de la valeur des exportations totales. Le café burundais est classé premier au monde par sa qualité (fully washed). Un autre avantage pour qu’il reste le principal pourvoyeur de devises au Burundi.

    Facebook

    Facebook par Weblizar Powered By Weblizar

éditorial

Rentabilisation de la culture du café : Possible, mais difficile

Rentabilisation de la culture du café : Possible, mais difficile

D’une histoire datant de la période coloniale, le café est un atout pour la réduction de la pauvreté et l’augmentation de la croissance économique au Burundi. Initier dans le cadre de développer l’agriculteur par lui-même, le café est la principale culture d’exportation du pays. Il représente environ 60 à 70 % de la valeur des exportations totales. Le café burundais est classé premier au monde par sa qualité (fully washed). Un autre avantage pour qu’il reste le principal pourvoyeur de devises au Burundi.