Santé

Le Japon au secours des femmes séropositives

L’ ambassadeur  du japon au Burundi a signé ce mardi 7 novembre 2017 le contrat du don d’un montant de 75.330 US dollar avec le centre  Nouvelle  Esperance situé à Buyenzi en commune urbaine de Mukaza   dans le but de construire des locaux pour la consultation  des femmes enceintes  séropositives.  «Le japon considère la santé comme une priorité de sa coopération avec le  Burundi ».indique  l’ambassadeur japonais M.Takayuki  Miyashita  .C’ est dans cette optique  qu’il a opté pour la  pérennisation  sa collaboration depuis 2009   avec le centre Nouvelle Espérance.

Père Benno Beameister, directeur du centre  Nouvelle Espérance a  salué ce don en précisant qu’il sera utilisé dans la construction d’un bloc médical pour la prévention de la transmission du VIH∕ sida de la mère à l’enfant. De ce fait, ce don va beaucoup  contribuer  à   leur engagement dans l’  avenir à  avoir zéro infection à la naissance, zéro discrimination, zéro décès liés au VIH ∕ sida

« Je suis très ravie car  le centre nous soutient par  la gratuité des soins médicaux et nous aide dans la réalisation des activités génératrices de revenus. Donc, avec ce don, il va élargir ses services », précise Mme  Candide  Gakobwa, une des   bénéficiaires du centre.

Le  centre Nouvelle Espérance est un centre engagé dans la lutte contre le Sida. Il peux soigner et accueillir  2364 personnes vulnérables. indique Benno Beameister.

A propos de l'auteur

Journal Burundi Eco.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur.
La rédaction se réserve le droit de ne pas publier les commentaires enfreignant ces règles et les règles de bonne conduite.

http://burundi-eco.com/wp-content/uploads/2018/02/Journal-Burundi-Eco-nr-284-du-vendredi-16-Février-2018-Mailling.pdf

    Abonnez-vous à notre newsletter

éditorial

La Regideso confrontée à la sous-consommation de l’électricité

La Regideso confrontée à la sous-consommation de l’électricité

Depuis plus de quatre mois, les habitants de la ville de Bujumbura se réjouissent de la disponibilité de l’électricité au moins 18 h par jour, c’est-à-dire de 6 h à minuit. Cela est le résultat de l’augmentation de la production de l’électricité par la Regideso qui a été suivie par la hausse des tarifs.

    Facebook

    Facebook par Weblizar Powered By Weblizar

éditorial

La Regideso confrontée à la sous-consommation de l’électricité

La Regideso confrontée à la sous-consommation de l’électricité

Depuis plus de quatre mois, les habitants de la ville de Bujumbura se réjouissent de la disponibilité de l’électricité au moins 18 h par jour, c’est-à-dire de 6 h à minuit. Cela est le résultat de l’augmentation de la production de l’électricité par la Regideso qui a été suivie par la hausse des tarifs.