Agriculture

La population de Kirundo appelée à ne pas vendre sa production

Kirundo

Pas question de vendre la production agricole en dehors de la province de Kirundo avant d’avoir les quantités nécessaires pour la consommation et les semences. Cela a été décidé par les autorités de la province de Kirundo afin de prévenir la famine.

Autrefois le grenier du Burundi, la province de Kirundo connait depuis un certain temps la famine dans certaines localités suite à une sécheresse prolongée. Alain Tribert Mutabazi, conseiller économique du gouverneur de cette province indique que dans certains localités les agriculteurs qui ont pu semer avec les premières pluies sont entrain de récolter le haricot. Cependant dans d’autres localités comme les communes Bugabira, Busoni et Kirundo les habitants n’ont pas eu une bonne récolté de haricot parce que qu’il n’a pas plu à temps.

Des mesures de protection

M. Mutabazi informe que le gouverneur de la province a réuni le représentant de la direction provinciale de l’agriculture et de l’élevage et les représentants des commerçants pour les informer que personne ne doit vendre sa production en dehors de la province. Des sanctions sévères seront infligées à toute personne qui sera attrapée en train de vendre la production soit de haricot, soit de riz à ceux qui viennent s’approvisionner dans cette province. Il souligne que les agriculteurs qui ont pu récolter sont appelés à mettre leur production dans les greniers et à ne pas écouler toute leur production au marché. « Nous voulons que les habitants conservent une partie de leur production pour la consommation et une autre qui va servir de semences. »

Bien que la mesure ait été prise pour le bien de tous, certains habitants trouvent que son application ne sera pas facile pour eux. J. M. fait remarquer qu’il a besoin de vendre un peu de haricot pour satisfaire d’autres besoins. Il trouve que la mesure est trop osée parce qu’il n’y aura pas moyen de conserver tout ce qu’il a récolté.

A propos de l'auteur

Bella-Sonia Ndamiye.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur.
La rédaction se réserve le droit de ne pas publier les commentaires enfreignant ces règles et les règles de bonne conduite.

http://burundi-eco.com/wp-content/uploads/2017/11/Journal-Burundi-Eco-nr-271-du-vendredi-17-Novembre-2017-Mailling.pdf

    Abonnez-vous à notre newsletter

éditorial

Rentabilisation de la culture du café : Possible, mais difficile

Rentabilisation de la culture du café : Possible, mais difficile

D’une histoire datant de la période coloniale, le café est un atout pour la réduction de la pauvreté et l’augmentation de la croissance économique au Burundi. Initier dans le cadre de développer l’agriculteur par lui-même, le café est la principale culture d’exportation du pays. Il représente environ 60 à 70 % de la valeur des exportations totales. Le café burundais est classé premier au monde par sa qualité (fully washed). Un autre avantage pour qu’il reste le principal pourvoyeur de devises au Burundi.

    Facebook

    Facebook par Weblizar Powered By Weblizar

éditorial

Rentabilisation de la culture du café : Possible, mais difficile

Rentabilisation de la culture du café : Possible, mais difficile

D’une histoire datant de la période coloniale, le café est un atout pour la réduction de la pauvreté et l’augmentation de la croissance économique au Burundi. Initier dans le cadre de développer l’agriculteur par lui-même, le café est la principale culture d’exportation du pays. Il représente environ 60 à 70 % de la valeur des exportations totales. Le café burundais est classé premier au monde par sa qualité (fully washed). Un autre avantage pour qu’il reste le principal pourvoyeur de devises au Burundi.