Commerce

Marchés réhabilités : Les commerçants seront recasés début décembre

Le 10 août 2017 a été inauguré officiellement les six marchés réhabilités et le nouveau marché de Ruziba. Cependant, aucune activité commerciale ne s’exerce dans ces marchés jusqu’à aujourd’hui. Dans un point de presse animé lundi le 17 octobre 2017, Ramadhan Nkurikiye, conseiller principal du maire et président de la commission chargée dans la réinstallation des commerçants dans lesdits marchés a annoncé que ces infrastructures pourront être fonctionnelles avec le début du mois de décembre.

Ramadhan Nkurikiye, conseiller principal du maire et président de la commission chargée de la réinstallation des commerçants : « Le mieux serait que les places soient petites au lieu de ne pas en disposer »

Sur demande du gouvernement du Burundi et pour venir en aide aux commerçants sinistrés par l’incendie qui a ravagé le marché central de Bujumbura le 27 février 2013, l’Union Européenne a octroyé cinq millions d’euros pour la réhabilitation des six marchés périphériques et pour la construction du nouveau marché de Ruziba. Les travaux ont débuté avec l’année 2015.

Les délais d’exécution des travaux variaient d’un marché à un autre. Il était de 9 mois pour le marché de Kinama, 4 mois pour le marché de Ngagara, 7 mois pour le marché de Jabe, 4 mois pour le marché de Musaga, 6 mois pour le marché de Kinindo, 7 mois pour le marché de Kanyosha et enfin 12 mois pour le nouveau marché de Ruziba. Cependant, les délais n’ont pas été respectés .La réhabilitation de ces marchés était guidée par le souci l’hygiène, de la salubrité et de la sécurité.

« Tous les commerçants seront recasés ».

Le conseiller principal du maire a rappelé à la presse que lors de l’ouverture officielle des marchés, on a réceptionné les bâtiments .Il a informé que depuis ce jour, une commission chargée du recasement des commerçants a été mise sur pied. « Suite à la construction de nouveaux bâtiments, le périmètre des marchés a diminué. Sur ce, a-t-il précisé, la commission devrait étudier comment redimensionner les places afin que tous les commerçants regagnent leurs places. Cela avec le début du mois de décembre. De surcroit, d’après les souhaits des commerçants repris par M. Nkurikiye, la commission a jugé beau de grignoter sur les places. « Le mieux serait que les places soient petites au lieu de ne pas en disposer », selon les propos des commerçants repris M.Nkurikiye. Il a profité de l’occasion pour expliquer les raisons du retard du démarrage des activités commerciales dans ces marchés. Il a expliqué que ce n’est pas une lenteur administrative comme certains le pensent. Mais c’était pour répartir les secteurs suivant les types de marchandises, mais aussi pour délimiter de nouveau les places afin que, avec la reprise des activités commerciales, chaque commerçant reconnaisse facilement le nouveau numéro qui lui sera attribué. Nkurikiye a terminé son propos en rassurant que tous les commerçants seront recasés.

Les nouveaux bâtiments construits au sein de ces marches sont : le bac à immondices, le bureau du commissaire du marché, les guichets des banques, les cachots, le bureau de l’Officier de Police Judiciaire et l’infirmerie.
Mathias Ntibarikure

A propos de l'auteur

Mathias Ntibarikure.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur.
La rédaction se réserve le droit de ne pas publier les commentaires enfreignant ces règles et les règles de bonne conduite.

http://burundi-eco.com/wp-content/uploads/2017/11/Journal-Burundi-Eco-nr-271-du-vendredi-17-Novembre-2017-Mailling.pdf

    Abonnez-vous à notre newsletter

éditorial

Rentabilisation de la culture du café : Possible, mais difficile

Rentabilisation de la culture du café : Possible, mais difficile

D’une histoire datant de la période coloniale, le café est un atout pour la réduction de la pauvreté et l’augmentation de la croissance économique au Burundi. Initier dans le cadre de développer l’agriculteur par lui-même, le café est la principale culture d’exportation du pays. Il représente environ 60 à 70 % de la valeur des exportations totales. Le café burundais est classé premier au monde par sa qualité (fully washed). Un autre avantage pour qu’il reste le principal pourvoyeur de devises au Burundi.

    Facebook

    Facebook par Weblizar Powered By Weblizar

éditorial

Rentabilisation de la culture du café : Possible, mais difficile

Rentabilisation de la culture du café : Possible, mais difficile

D’une histoire datant de la période coloniale, le café est un atout pour la réduction de la pauvreté et l’augmentation de la croissance économique au Burundi. Initier dans le cadre de développer l’agriculteur par lui-même, le café est la principale culture d’exportation du pays. Il représente environ 60 à 70 % de la valeur des exportations totales. Le café burundais est classé premier au monde par sa qualité (fully washed). Un autre avantage pour qu’il reste le principal pourvoyeur de devises au Burundi.