Journée Mondiale de la femme

Marie Muque Kigoma : Une femme manager passionnée

Le courage, la passion, la détermination, l’amour du travail et du prochain sont certaines des qualités de Mme Marie Muque, Administrateur Directeur Général de l’entreprise Fruito prépare et commercialise les jus fabriqués à base de fruits. Les détails dans les lignes qui suivent

femme

Marie Muque Kigoma

Née en 1953, Marie Muque est détentrice d’un diplôme d’infirmière A2 obtenu en 1975 à l’école d’infirmières d’Etat de Gitega. Sans tarder, elle a été embauchée à la clinique Prince Louis Rwagasore. Elle y travailla pendant sept ans. Elle se maria avec Joseph Kigoma, cadre du ministère des Finances en 1979. Ils mirent au monde trois enfants dont deux filles et un garçon. N’étant pas satisfaite des services qui étaient offerts dans les hôpitaux et ayant l’amour du prochain, elle pensa à ouvrir un centre de soins privé en collaboration avec les médecins traitants. Son initiative, explique-t-elle, consistait à faciliter les patients, dès la sortie de l’hôpital, de poursuivre leurs soins à domicile. Cette nouvelle pratique fut critiquée par le ministère qui ne l’autorisa pas. Cette décision du ministère ne fut l’objet d’aucun aucune justification valable alors que les lois le lui permettaient. Ma première idée d’entreprendre venait de mourir dès sa conception, dit-elle. Frustrée, elle démissionna en 1982. Etant chômeur et autonome, elle apprit à conduire. « Et je conduisis mon mari qui travaillait au ministère des Finances. On habitait loin vers la route Rumonge », dit-elle. J’ai eu écho avait travers mes amis qu’il y avait une opportunité d’être responsable du centre de santé de Ruyaga issu du jumelage Virton-Kanyosha. Ce dernier était jumelé à la commune de Virton : une commune de la Belgique. Donc, le centre de santé avait besoin d’une infirmière capable de le gérer et j’ai été sélectionnée. C’était en 1983. Non seulement j’aimais mon métier, mais aussi j’aimais servir les malades », indique-elle. Cette femme manager passionnée indique que le matin elle montait à Ruyaga, soignait les malades et rentrait à 13h-14 h.

Une année après, cette infirmière infatigable sera embauchée dans l’infirmerie de l’ambassade des Etats-Unis d’Amérique pour y travailler les après-midi. Ceci pour dire qu’elle travaillait l’avant midi à Ruyaga et l’après-midi au centre de santé relevant de l’ambassade des Etats-Unis d’Amérique. « Comme vous le constatez, une femme a besoin d’être travailleuse », explique Mme Marie Muque. Son contrat avec l’ambassade fut rompu en 1985. Comme toute personne qui aime travailler pour améliorer les revenus familiaux elle se demanda ce qu’elle allait faire dans les après-midi. Mais comme toute maman, chaque week end, elle faisait des achats de légumes et fruits pour la famille. Un jour, elle acheta les fruits de la passion pour en faire un jus pour ses enfants. En discutant avec son mari, ils se sont demandés s’ils pouvaient préparer et vendre des jus de fruits prêts à boire comme les « limonades ». Ils indiquent qu’ils avaient remarqué l’absence de ce produit sur le marché. C’est ainsi qu’est née l’entreprise Fruito (une entreprise burundaise qui produit et commercialise les jus à base de fruits produits Burundi.)

Femme manager

« Ma philosophie est simple, que mes employés soient mes partenaires », précise Mme Marie Muque. Elle indique qu’au commencement elle avait eu peur de ne pas parvenir à accomplir ces trois responsabilités clés : épouse, mère et manager. Elle encourage ses consœurs en ces termes « mes chères c’est possibles : la vie est faite de choix, nous sommes donc interpellés et devons les assumer avec détermination et enthousiasme, Dieu nous a donné un don extraordinaire, celui d’être multitâches, Ayons confiance en nous, car nous sommes des managers avérés ». Mme Marie Muque fait un clin d’oeil aux époux, être avec elles et non contre elles, car leur réussite bénéficie à toute la famille et à la patrie. Elle précise que pour manager une entreprise, ce qui est primordial ce sont les valeurs fondamentales : l’intégrité, le respect et la mise en évidence un travail bien fait. Le tout soutenu par une communication permanente du gagnant-gagnant.

 

Dans l’entreprise Fruito, « nous sommes sur le même pied d’égalité. Nous travaillons pour Fruito. Je dis à mes employés : Si vous remarquez quelque chose qui ne va pas, dites-le moi. Ils sont mes conseillers et moi aussi quand je remarque quelque chose qui ne va pas, je le leur communique. Cela illustre le respect qui j’ai envers mes travailleurs ». Mme Muque indique qu’un bon manager donne à son employé la place et la valeur qu’il faut, lui témoigne une considération. Et, à partir du moment où tu respectes les employés, eux aussi respectent ton travail, affirme Mme Muque. Elle exhorte les employés à toujours produire quelque chose de qualité afin de fidéliser les clients car, leur dit-elle, si nous perdons leur confiance, c’est nous tous qui aurons perdu. Elle indique que sa responsabilité consiste à veiller au maintien de la qualité dans la gestion quotidienne de l’entreprise. Elle doit aussi veiller à la propreté et à l’hygiène qu’elle considère comme étant la clé de la réussite de l’entreprise Fruito. « Si Fruito va bientôt souffler ses 30 bougies cette année, c’est parce que j’ai mis l’accent sur la relation avec mon personnel et sur la constance de la qualité », justifie-t-elle. Mme Muque ajoute que si vous êtes manager, vous devez maîtriser tout ce qui se fait dans votre entreprise. Dans tous les postes et services, je suis capable d’accomplir le travail, poursuit-elle. Pour comprendre et mieux contrôler les employés, Mme Muque fait remarquer qu’un bon manager ne doit pas rester dans son bureau. Il doit tout contrôler et montrer ses compétences à tous les niveaux.

Dans nos éditions ultérieures, nous vous parlerons de l’entreprise Fruito

A propos de l'auteur

Mathias Ntibarikure.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur.
La rédaction se réserve le droit de ne pas publier les commentaires enfreignant ces règles et les règles de bonne conduite.

2 commentaires
  • Gapindis dit :

    Mme Muque, merci bcp. Il est très important que le pays puisse avoir ces informations concernant cette noble relation entre employeur et employé.

  • Vanessa dit :

    Fruito est mon jus préféré depuis toujours.Avec une telle mentalité, tout s’explique quant à la qualité de ce jus.
    Continuez à nous inspirer Mme Muque.Notre pays en a largement besoin.

Les commentaires sont fermés.

http://burundi-eco.com/wp-content/uploads/2017/06/JOURNAL-BURUNDI-ECO-N°250-du-vendredi-23-Juin-2017-Mailling.pdf

    Abonnez-vous à notre newsletter

éditorial

Des avancées dans le noir

Des avancées dans le noir

Les délestages intenses touchent beaucoup de secteurs de la vie du pays. Les nuits sont noires à l’intérieur du pays et dans les quartiers de la capitale Bujumbura. Au niveau de la capitale, les plus touchés habitent, comme certaines opinions le signalent, les quartiers périphériques.

    Facebook

    Facebook By Weblizar Powered By Weblizar

éditorial

Des avancées dans le noir

Des avancées dans le noir

Les délestages intenses touchent beaucoup de secteurs de la vie du pays. Les nuits sont noires à l’intérieur du pays et dans les quartiers de la capitale Bujumbura. Au niveau de la capitale, les plus touchés habitent, comme certaines opinions le signalent, les quartiers périphériques.