News

Les médias interpellés à contribuer à la réduction des VSBG

Le Collectif des Associations Féminines de la Région des Grands Lacs (COCAFEM)  a organisé une conférence  de presse à l’intention des partenaires et des médias mercredi le 30 août 2017 afin que chacun puisse contribuer à l’éradication des Violences Sexuelles et Basées sur le Genre (VSBG).

Au milieu Thérèse Ntijimama, présidente COCAFEM

Selon Thérèse Ntijimana, présidente de la COCAFEM, le message pour les médias consiste à lancer une réflexion sur la capitalisation des espaces des médias sur le genre en matière de prévention, de protection, d’assistance aux victimes  et/ ou rescapés et de lutte contre l’impunité des auteurs de ces violences.

Pour Mme Ntijimana, les médias qui ont une voix qui porte  loin pourraient aider à vulgariser existence  les lois que le gouvernement  a mises en place en vue de lutter contre les VSBG et  la déclaration de Kampala.

Du côté de la Justice, Emilie Ntamatungiro du ministère de la Justice, salue le pas franchi dans la mise en place des instruments de lutte contre les VSBG, mais demande qu’il y ait des mesures d’accompagnement pour bien faire face à tous les défis.

A propos de l'auteur

Bella-Sonia Ndamiye.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur.
La rédaction se réserve le droit de ne pas publier les commentaires enfreignant ces règles et les règles de bonne conduite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

http://burundi-eco.com/wp-content/uploads/2017/09/Journal-Burundi-Eco-nr-262-du-vendredi-15-Septembre-2017-Mailling.pdf

    Abonnez-vous à notre newsletter

éditorial

Les amateurs de la sainte mousse préoccupés

Les amateurs de la sainte mousse préoccupés

Le manque de bière pour un Burundais est comme le manque de pain pour un Français. Malheureusement depuis un certain temps à Bujumbura comme à l’intérieur du pays, le manque de certains produits Brarudi se fait remarquer. Il est toujours difficile de se procurer certains produits de la Brarudi, notamment la Primus 72 cl et l’Amstel 65 cl. Ces produits se raréfient depuis un certain temps.

    Facebook

    Facebook par Weblizar Powered By Weblizar

éditorial

Les amateurs de la sainte mousse préoccupés

Les amateurs de la sainte mousse préoccupés

Le manque de bière pour un Burundais est comme le manque de pain pour un Français. Malheureusement depuis un certain temps à Bujumbura comme à l’intérieur du pays, le manque de certains produits Brarudi se fait remarquer. Il est toujours difficile de se procurer certains produits de la Brarudi, notamment la Primus 72 cl et l’Amstel 65 cl. Ces produits se raréfient depuis un certain temps.