Environnement

Des mesures urgentes s’imposent pour la protection du lac Tanganyika

L’environnement du Lac Tanganyika est alarmant. C’est le constat du deuxième vice-président de la République Joseph  Butore après une visite sur les bords du lac Tanganyika où les eaux usées et les déchets se déversent sans avoir subi un traitement préalable

Joseph Butore, Deuxième Vice-Président de la République: «Il est urgent de prendre des mesures concrètes pour sauver le lac Tanganyika»

Après plusieurs rapports et informations sur la situation environnementale du lac Tanganyika, le Deuxième Vice- Président de la République Joseph Butore, au cours d’une visite guidée à l’endroit dit « KUMASE » où les déchets non traités se déversent dans le lac Tanganyika, a constaté avec amertume que la situation environnementale de cet écosystème lacustre se détériore suite à une pollution aux allures inquiétantes. Et, par conséquent, même la station de pompage de la Regideso installée sur les rives du lac Tanganyika qui captait l’eau à 800 mètres la capte aujourd’hui à 3,5km.

Pour Joseph Butore, il est temps s’il n’est pas trop tard d’agir et de prendre des mesures courageuses pour protéger le lac Tanganyika, sa biodiversité et son environnement. Il rappelle que la capitale Bujumbura est ce qu’elle est grâce au lac Tanganyika.

Il est inconcevable que l’activité humaine et les constructions anarchiques contribuent à la destruction du lac. Les habitants de la ville devraient prendre le devant en s’impliquant très activement dans la mise en application du cadre légale qui régit la protection du lac Tanganyika

Le Deuxième Vice- Président a profité de la visite pour demander à toutes les autorités concernés de prendre des mesures concrètes en utilisant les instruments légaux afin d’arrêter les menaces environnementales qui pèsent sur le lac Tanganyika.

A propos de l'auteur

Bella-Sonia Ndamiye.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur.
La rédaction se réserve le droit de ne pas publier les commentaires enfreignant ces règles et les règles de bonne conduite.

http://burundi-eco.com/wp-content/uploads/2017/11/Journal-Burundi-Eco-nr-271-du-vendredi-17-Novembre-2017-Mailling.pdf

    Abonnez-vous à notre newsletter

éditorial

Rentabilisation de la culture du café : Possible, mais difficile

Rentabilisation de la culture du café : Possible, mais difficile

D’une histoire datant de la période coloniale, le café est un atout pour la réduction de la pauvreté et l’augmentation de la croissance économique au Burundi. Initier dans le cadre de développer l’agriculteur par lui-même, le café est la principale culture d’exportation du pays. Il représente environ 60 à 70 % de la valeur des exportations totales. Le café burundais est classé premier au monde par sa qualité (fully washed). Un autre avantage pour qu’il reste le principal pourvoyeur de devises au Burundi.

    Facebook

    Facebook par Weblizar Powered By Weblizar

éditorial

Rentabilisation de la culture du café : Possible, mais difficile

Rentabilisation de la culture du café : Possible, mais difficile

D’une histoire datant de la période coloniale, le café est un atout pour la réduction de la pauvreté et l’augmentation de la croissance économique au Burundi. Initier dans le cadre de développer l’agriculteur par lui-même, le café est la principale culture d’exportation du pays. Il représente environ 60 à 70 % de la valeur des exportations totales. Le café burundais est classé premier au monde par sa qualité (fully washed). Un autre avantage pour qu’il reste le principal pourvoyeur de devises au Burundi.