Coopération

Projets financés par la Belgique : Succès et soutiens pour les projets

L’ambassadeur de Belgique au Burundi apprécie l’exécution des projets financés par la Belgique. Toutefois les bénéficiaires demandent la continuation et la pérennisation des appuis de ce pays. C’était le 28 et le 29 août 2017 lors de la visite desdits projets dans les provinces de Kirundo et Muyinga

Bernard Quintin, ambassadeur de la Belgique au Burundi : « La Belgique reste actif au Burundi dans le secteur de l’agriculture, de l’éducation et de la santé à de 80 % ».

« L’intérêt d’une telle visite est de se rendre compte de ce qui se passe d’abord sur terrain au niveau du développement, ensuite constater les besoins complémentaires et supplémentaires et enfin voir comment adapter les programmes de financement», a déclaré Bernard Quintin, ambassadeur du royaume de Belgique au Burundi avant d’annoncer que les projets vont bon train. Toutefois, il fait remarquer que les défis ne manquent pas. Bien que la Belgique ait diminué les aides pour le Burundi, M. Quintin rappelle qu’elle ne s’est pas retirée de la coopération. Ce qui fait qu’il reste actif dans le secteur de l’agriculture, de l’éducation et de la santé à hauteur de 80 %. D’où, selon toujours Quintin, avec les résultats observés sur le terrain, il y a ce que la Belgique peut faire directement ou faire en termes de plaidoirie. Cela via les partenaires comme l’Union Européenne (UE), les autres Etats membres ainsi que les grands bailleurs de fonds.  Et de faire remarquer : « Les Burundais doivent à leur tour s’approprier les projets ».

Les cibles de la visite

Parmi les projets visités, il y a le Centre d’Handicapés de Muyinga. Le montant de l’action de ce projet est de 1. 081. 408 millions d’euros. Sa période de mise en œuvre va de 2017-2021. Ledit projet dont le titre est le système de soins et offre de services en médecine physique et réadaptation au Burundi est bénéfique directement et indirectement à plus de 150 mille personnes. Celles-ci sont 46 kinésithérapeutes, 18 orthoprothésistes, 20 personnels d’appui de six centres de réadaptation physique,  12 kinésithérapeutes de COPED, 66 membres de deux associations de professionnels de la réadaptation, 11 points focaux /agents communautaires et 49 parents dans le volet pilote en Réadaptation à Base Communautaire (RBC), 300 enfants en situation d’handicap et leurs parents dans 11 communes, 8 mille personnes en besoin de réadaptation fonctionnelle dans cinq provinces et leurs familles ainsi qu’indirectement 84 350 personnes avec un handicap physique dans cinq provinces. Ces personnes pourront avoir accès aux services de réadaptation fonctionnelle ainsi que leurs familles.

Vue de la délégation de l’ambassade de Belgique au Burundi et des autorités de la province Kirundo

Le Centre de Santé de Cumba situé en commune Muyinga, province de Muyinga a été aussi la cible de la visite. Le projet consiste à améliorer la qualité et la disponibilité des soins de santé et permettre leur accessibilité à un plus grand nombre de personnes, avec une attention particulière aux populations vulnérables. Le montant de l’action est de 1, 820. 415 million d’euros. Sa période de mise en œuvre s’étend de 2017 à 2021.

Un autre projet visité est celui du camp des réfugiés de Kinama de la commune Gasorwe en province de Muyinga. Ce projet dont le montant de l’action et la période de mise en exécution ne sont pas précisés dans les documents dont nous disposons s’inscrit dans le cadre des infrastructures, de l’eau, de l’hygiène et de l’assainissement dont pourraient être dotés les camps des réfugiés au Burundi. Il comprend également l’éducation et l’autonomisation des réfugiés dans les camps et en milieu urbain ainsi que l’assistance en santé publique, y compris la santé mentale, la nutrition, la santé de la reproduction et le VIH chez les réfugiés et demandeurs d’asile vivant au Burundi dans quatre camps. Ces derniers sont le camp de Kinama, le camp de Musasa, le camp de Bwagiriza et le camp de Kavumu.

Le Centre d’Enseignement des Métiers de Kirundo a aussi été visité. Ce projet dont le montant de l’action est de 7.058.132 millions d’euros s’étend sur la période qui va du 12 mai 2012 au 31 août 2017 et de 6.000.000 millions d’euros sur la période qui va du 12 mars 2015 au 12 mars 2019 a deux titres. Il s’agit de l’appui à la formation professionnelle et technique et de l’appui complémentaire à la formation professionnelle et technique.

L’hôpital de Kirundo et le Centre de Santé de Vumbi dans la province de Kirundo n’ont pas été oubliés. Ce projet du secteur de la santé dispose d’un montant de l’action pour le Programme d’Appui Institutionnel au Secteur de la Santé (PAISS) de 18.000.000  d’euros, la contribution du royaume de Belgique étant de 1.000.000 d’euros. Sa période de mise en œuvre va du 3 novembre 2010 au 21 octobre 2020.

Le Centre Agro-pastoral de Mutwenzi dans la province de Kirundo a été aussi dans la ligne de mire de l’ambassadeur du royaume de Belgique au Burundi. Reconnu pour la valorisation de l’agriculture paysanne, le projet dispose d’un montant de l’action de 197.800 euros. Sa période de mise en œuvre va de  2017 à 2021.

Le projet de « Fonds d’Investissement Filière » (FIF) de l’union Umugara en province de Kirundo a été dans le viseur de la visite. Ce projet dont le titre est le financement de l’acquisition d’un hangar de stockage et d’une décortiqueuse combinée FIF KI-224/178/2015 dispose d’un montant de l’action de PAIOSA deux antennes de Bugesera de 600.000 euros et KI 224 de 136 millions de FBu. Sa période de mise en œuvre s’étend pour l’activité FIF d’avril 2013 à 2019 et KI 224 est un accord de financement signé en mars 2015. Il couvre une période de suivi de quatre ans.

Approbations et doléances

Les bénéficiaires des projets visités ont salué le rôle grandissant du royaume de Belgique dans l’appui multiformes apporté au pays. Ils n’ont pas hésité à soumettre leurs doléances. Ceux-ci vont dans le sens  de la pérennisation des projets existants et la continuation  des aides pour le Burundi.

Eric Nkunzimana, directeur provincial de la santé dans la province de Muyinga indique que le Centre de Santé de Cumba (un centre visité par l’ambassadeur de Belgique au Burundi) nécessite plus de soutien. « La Belgique intervient dans le renforcement de la qualité des prestations de services via Memisa et dans l’octroi des Cartes d’Assurances Maladies (CAM). Fier de cela, nous voulons qu’elle aide dans l’extension des infrastructures de la maternité et la construction des homes pour les infirmiers de ce centre de santé où plus de 22 mille personnes bénéficient de soins », signale-t-il.

Dr Didace Hakizimana, chef d’antenne du Groupe de Volontariat Civil (GVC) au Centré de Santé de Kinama dans le camp des réfugiés reconnait les problèmes qui hantent le centre. « Le centre de santé a un problème lié au budget insuffisant alloué aux transfert médicaux, au manque d’éclairage et de frigos, à un laboratoire non équipé, au manque de certains médicaments pour la prise en charge des malades chroniques, à l’incapacité d’opérer des transferts urgents à l’étranger et à la vétusté des infrastructures et des équipements », déplore-t-il. Dr Hakizimana estime que la Belgique qui appuie ce centre à travers le HCR peut toujours contribuer à améliorer la situation.

Namwira Bugondo Bénitha, représentante des réfugiés du camp de Kinama souhaite que la Belgique aide dans la construction des écoles, du hangar de distribution, mais aussi dans l’octroi du kit hygiénique aux femmes et filles ainsi que dans l’augmentation de la quantité de la nourriture.

Albert Hatungimana, directeur du Centre d’Enseignement des Métiers de Kirundo fait savoir que l’appui de la Belgique à ce centre via la Coopération Technique Belge (CTB) est venu à point nommé. Toutefois, il informe que le centre est débordé à voir sa capacité financière et ses infrastructures. Il annonce que la construction d’une salle d’exposition de sa production serait un atout. Une élève de son établissement Christine Niragira affirme qu’avec la présence de la Belgique à l’établissement, les apprenants bénéficient de la gratuité de l’enseignement. Et de ne pas mâcher les mots : « C’est mieux que la Belgique n’arrête pas ses aides. Cela pour que nos petits frères et petites sœurs se retrouvent dans les mêmes conditions que nous ».

Jean Baptiste Nzorironkankuze, directeur provincial de Kirundo certifie que la province dispose de quatre districts sanitaires disposant de deux hôpitaux et 38 centres de santé. Il les estime insuffisants pour plus de 750 mille habitants que compte la province de Kirundo. Et de proposer à la Belgique : « Vous pouvez être à nos côtés dans le projet de construction de deux hôpitaux dans les districts sanitaires de Vumbi et de Busoni ».

Pour pas mal de sollicitations adressées à l’Ambassadeur Bernard Quintin, il éclaire : « Rome ne s’est pas bâtie en un jour. La Belgique n’est pas le seul bailleur de fonds. Nous allons travailler au sein de la coordination des aides et continuer à investir dans les domaines fondamentaux d’intervention et voir dans quelle mesure nous pouvons constituer et améliorer les financements avec différents partenaires ».

A propos de l'auteur

Mélance Maniragaba.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur.
La rédaction se réserve le droit de ne pas publier les commentaires enfreignant ces règles et les règles de bonne conduite.

http://burundi-eco.com/wp-content/uploads/2017/11/Journal-Burundi-Eco-nr-271-du-vendredi-17-Novembre-2017-Mailling.pdf

    Abonnez-vous à notre newsletter

éditorial

Rentabilisation de la culture du café : Possible, mais difficile

Rentabilisation de la culture du café : Possible, mais difficile

D’une histoire datant de la période coloniale, le café est un atout pour la réduction de la pauvreté et l’augmentation de la croissance économique au Burundi. Initier dans le cadre de développer l’agriculteur par lui-même, le café est la principale culture d’exportation du pays. Il représente environ 60 à 70 % de la valeur des exportations totales. Le café burundais est classé premier au monde par sa qualité (fully washed). Un autre avantage pour qu’il reste le principal pourvoyeur de devises au Burundi.

    Facebook

    Facebook par Weblizar Powered By Weblizar

éditorial

Rentabilisation de la culture du café : Possible, mais difficile

Rentabilisation de la culture du café : Possible, mais difficile

D’une histoire datant de la période coloniale, le café est un atout pour la réduction de la pauvreté et l’augmentation de la croissance économique au Burundi. Initier dans le cadre de développer l’agriculteur par lui-même, le café est la principale culture d’exportation du pays. Il représente environ 60 à 70 % de la valeur des exportations totales. Le café burundais est classé premier au monde par sa qualité (fully washed). Un autre avantage pour qu’il reste le principal pourvoyeur de devises au Burundi.