Transport

Stationnement payant à Bujumbura : Pourquoi tant de résistances ?

La société Parking Services et l’une des sociétés de gestion des parkings en mairie de Bujumbura. Mathieu Ndanga, Directeur Général de cette dernière indique que Parking Services fait face à différents défis qui influent sur ses recettes. La société est entre gain et perte.

Mathieu Ndanga, Directeur Général de Parking Services « Je ne dirais pas qu’on a perdu ou
gagner. Nous sommes encore au stade d’investissement ».

« Je ne dirais pas qu’on a perdu ou gagner. Nous sommes au stade d’investissement. Quand on est en train d’investir, on projette le retour sur l’investissement ou des bénéfices sur deux ou trois ans », précise Mathieu Ndanga, Directeur Général de Parking Services. Sa société utilise des capitaux, mais elle n’a pas encore atteint le stade des bénéfices. Il explique cela en se référant aux recettes et aux dépenses du mois de juillet. Pour lui, les dépenses sont de loin supérieures aux recettes. Il fait savoir que les recettes représentent en moyenne 200000 FBu/jour. Ce qui fait un total de recettes mensuelles de 6 millions de FBu. La société Parking Services emploie 36 agents de terrain touchant chacun 100 000 FBu. Ce qui fait une rémunération mensuelle totale de 3600000FBu. Elle emploie également quatre superviseurs touchant chacun 150 000 FBu. Ce qui fait une rémunération mensuelle totale de 600 000 FBu. M.Ndanga ajoute que la société emploie également trois agents de direction rémunérés à hauteur de 250 000 FBu chacun. Ce qui fait une dépense totale mensuelle de 750 000 FBu . Le totale des dépenses mensuelles de cette société s’élève donc à 4 950 000 FBu. I Il fait savoir que la mairie doit aussi prélever une taxe de 30 % sur le total des recettes collectées, soit 1.800 000 FBu de taxe. Pour Ndanga, les dépenses sont multiples. L’achat des tickets valeurs, la location du bureau, le paiement des frais de l’eau et de l’électricité font aussi partie des dépenses de la société.

Les défis auxquels fait face la société

Toutefois, déplore M.Ndanga, la société connait des défis  et ces derniers handicapent ses recettes. La population de la mairie de Bujumbura refuse de payer les frais de parkings. Plus de 70 % des usagers des parkings ne paient pas régulièrement ces derniers. Ce qui ramène loin la société dans ses plans et dans ses projections mensuelles. Il déplore également que certains des percepteurs des frais de parkings ne font pas correctement leur travail. Sur une délimitation de presque 50 m des deux côtés de la route, certains agents n’opèrent que sur 20 m. Il existe donc un périmètre de 30 m qui n’est pas couvert. M.Ndanga indique que si un agent devrait servir 50 véhicules, il ne sert que 15 véhicules. S’il devrait percevoir 15 000 FBu avec les tickets valeurs de 300 FBu, il va percevoir 4500 FBu seulement. Ce qui handicape beaucoup les finances de la société en général et celles de la mairie en particulier.

M.Ndanga ajoute que la société fait face à un défi lié aux usagers des parkings qui refusent carrément de payer les frais de parkings. Néanmoins, il indique que la société est en train de développer un logiciel qui va aider dans la traque des voitures qui refusent de payer le stationnement. Il souligne que ce logiciel aidera aussi à mettre en place un système fiable de recouvrement .Ce qui veut dire que tout ticket non payé sera un jour recouvré.

Des parkings délimités sur certaines voiries urbaines du centre ville.

La société contribue au bien-être des usagers des parkings

Même si les usagers des parkings refusent de payer les frais de parkings, M.Ndanga informe que la gestion des parkings est bénéfique à plus d’un titre. « Dans les jours à venir, ils verront combien la gestion des parkings contribue au bien être des usagers de ces derniers  ».Pour lui, les accidents seront diminués. Il y aura économie des espaces de parking en mairie de Bujumbura, les cas de vols seront aussi diminués voire effacés. Pour y arriver, indique M.Ndanga, la société doit assurer la sécurité des véhicules et de tout ce qui se trouve dedans. Mais même si la société possède un département de sécurité civile, celui-ci n’est pas suffisant pour décourager les voleurs qui opèrent dans différents parkings de Bujumbura. La société réclame donc un coup de main de la part de la police car, comme il l’indique, elle se retrouve des fois en train de payer les biens volés dans les parkings alors le banditisme pourrait être combattu efficacement. Ce nous permettant d’avoir une ville sécurisée

Aux inquiétudes des uns et des autres sur la provenance des tickets valeurs utilisés par les agents de terrain, M.Ndanga rassure que ces derniers sont achetés au département des finances communales du ministère de l’Intérieur et de la Formation patriotique.

Signalons que la société Parking Services a déjà délimité et aménagé 180 parkings

 

A propos de l'auteur

Mathias Ntibarikure.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur.
La rédaction se réserve le droit de ne pas publier les commentaires enfreignant ces règles et les règles de bonne conduite.

http://burundi-eco.com/wp-content/uploads/2017/11/Journal-Burundi-Eco-nr-271-du-vendredi-17-Novembre-2017-Mailling.pdf

    Abonnez-vous à notre newsletter

éditorial

Rentabilisation de la culture du café : Possible, mais difficile

Rentabilisation de la culture du café : Possible, mais difficile

D’une histoire datant de la période coloniale, le café est un atout pour la réduction de la pauvreté et l’augmentation de la croissance économique au Burundi. Initier dans le cadre de développer l’agriculteur par lui-même, le café est la principale culture d’exportation du pays. Il représente environ 60 à 70 % de la valeur des exportations totales. Le café burundais est classé premier au monde par sa qualité (fully washed). Un autre avantage pour qu’il reste le principal pourvoyeur de devises au Burundi.

    Facebook

    Facebook par Weblizar Powered By Weblizar

éditorial

Rentabilisation de la culture du café : Possible, mais difficile

Rentabilisation de la culture du café : Possible, mais difficile

D’une histoire datant de la période coloniale, le café est un atout pour la réduction de la pauvreté et l’augmentation de la croissance économique au Burundi. Initier dans le cadre de développer l’agriculteur par lui-même, le café est la principale culture d’exportation du pays. Il représente environ 60 à 70 % de la valeur des exportations totales. Le café burundais est classé premier au monde par sa qualité (fully washed). Un autre avantage pour qu’il reste le principal pourvoyeur de devises au Burundi.