Transport

Transport des marchandises : La voie lacustre, plus économique que la voie routière

Dans le n° 258 de Burundi Eco, nous avons présenté combien le transport des marchandises par bateau est moins cher, moins polluant, plus écologique et plus économique. Comme promis dans ce numéro, nous allons vous parler du coût du transport lacustre des marchandises

Une grue décharge les marchandises au port de Bujumbura

Le transport lacustre au Burundi se fait sur le lac Tanganyika. Les opérations liées à ce moyen de transport dans le pays sont effectuées au port de Bujumbura. Celui-ci relie le Burundi à d’autres ports lacustres, notamment les ports de Kigoma et de Kasanga en Tanzanie,  le port de Mpulungu en Zambie et le port de Kalémie en République Démocratique du Congo (RDC). Ce qui facilite les échanges commerciaux régionaux et internationaux.

Les données de Global Port Services Burundi (GPSB), société concessionnaire du port de Bujumbura stipule qu’une tonne de marchandises arrive à Bujumbura à un coût estimé entre 95 et 100 USD, soit entre 166. 630 FBu et 175.400 FBu au taux officiel. Cela avec possibilité de négocier la diminution du coût du transport. C’est au cas où on emprunte le trajet Dar-es-salam-Kigoma-Bujumbura. Lorsqu’on emprunte la voie routière, de Dar-es-salaam à Bujumbura, les mêmes données indiquent que le coût pour la même unité de mesure est de 180 USD, soit 315.720 FBu au taux officiel.

Les prix appliqués par ARNOLAC dans le transport lacustre des marchandises

Eupaphrodite Makarakiza, directeur administratif et d’exploitation à l’Armement Nord du Lac (ARNOLAC) détaille les prix appliqués par cette entreprise dans le transport lacustre des marchandises.

Carte montrant les ports reliés au port de Bujumbura, les voies ferroviaires et les voies routières reliant ces ports à l’océan Indien ainsi que la voie routière reliant l’océan Indien au port de Bujumbura (Source : GPSB)

Il fait remarquer que le tarif appliqué depuis 2011 sur la ligne Kigoma-Bujumbura montre un paiement de 25. 825 FBu par tonne de marchandises transportées, exceptée la tonne de thé et de tabac.

Le tarif  est fixé à 55. 724 FBu par tonne de ciment, de bitume, de véhicules, de tabac, de thé, de quinquina, de café transporté  sur la ligne Mpulungu-Bujumbura et 63. 085 FBu pour les autres marchandises en provenance de la zambie.

Il fixe enfin le prix pour le container chargé 20 pieds à 780 mille FBu sur le trajet Kigoma-Bujumbura et celui vide à 323. 700 FBu.

Le prix du transport de ces mêmes containers sur le trajet Mpulungu-Bujumbura est respectivement de 1.950.000 FBu et 700.000 FBu.

Pour les containers 40 pieds, le prix du transport est de 1.560.000 FBu pour un container chargé et 647.000 FBu pour un container vide. Cela sur le trajet Kigoma-Bujumbura.

Concernant le trajet Mpulungu-Bujumbura, le prix du transport de ces containers est respectivement de 3.900.000 FBu et 1.348.780 FBu.

Makarakiza signale enfin que le prix du transport des produits pétroliers est de 30 FBu par litre sur la ligne Kigoma-Bujumbura. 

Evolution du trafic lacustre à petite vitesse

Le trafic sur le lac Tanganyika n’évolue pas à grande vitesse comme le montre les chiffres de Global Port Services Burundi (GPSB). Cela tant pour les importations que pour les exportations. De 1998-2010, le trafic a évolué en dents de scie. Sur les cinq ans qui ont suivi, il a évolué négativement. Cette évolution négative a eu lieu suite au trajet rail-lac partant du port de Dar-es-salaam jusqu’au port de Kigoma qui était défectueux. La crise qu’a traversée le pays en 2015 a occasionné une diminution du trafic sur le lac sans oublier l’igno

Trafic au port de Bujumbura en milliers de tonnes (1998-2010) (Source : GPSB)

rance de certains opérateurs économiques qui ne valorisent pas ce trafic. Ce qui a fait que le port de Bujumbura n’a jamais accueilli 500 000 tonnes de volume de fret qu’il est censé accueillir annuellement.

 

2017 : des débuts tranquillisants

En avril 2014, l’itinéraire Dar-es-salaam-Kigoma-Bujumbura a été relancé. Les chiffres de GPSB montrent que les opérateurs économiques commencent à s’intéresser à l’itinéraire bien que le trafic par voie routière continue à être utiliser par plus d’un.

Tableau comparatif des tonnes de marchandises transitant par le lac et celles transitant par la rue de janvier 2017 à août 2017

Mois Voie lacustre Voie routière
Janvier 7 704 tonnes 460 kg 1 179 tonnes 275 kg
Février 9 875 tonnes 750 kg 1 232 tonnes 142 kg
Mars 12 214 tonnes 875 kg 2 442 tonnes 762 kg
Avril 13 110 tonnes 769 kg 1 468 tonnes 157 kg
Mai 11 743 tonnes 800 kg 2 274 tonnes 870 kg
Juin 9 465 tonnes 952 kg 1 302 tonnes 11 kg
Juillet 14 332 tonnes 590 kg 1 794 tonnes 733 kg
Août 15 556 tonnes 440 kg 1 325 tonnes 342 kg

Notons que suite au constat de GPSB que le transport lacustre commence à intéresser les opérateurs économiques, celui-ci est en train de faire une étude pour faire confectionner un bateau d’une capacité de plus de 3 mille tonnes.

A propos de l'auteur

Mélance Maniragaba.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur.
La rédaction se réserve le droit de ne pas publier les commentaires enfreignant ces règles et les règles de bonne conduite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

http://burundi-eco.com/wp-content/uploads/2017/09/Journal-Burundi-Eco-nr-262-du-vendredi-15-Septembre-2017-Mailling.pdf

    Abonnez-vous à notre newsletter

éditorial

Les amateurs de la sainte mousse préoccupés

Les amateurs de la sainte mousse préoccupés

Le manque de bière pour un Burundais est comme le manque de pain pour un Français. Malheureusement depuis un certain temps à Bujumbura comme à l’intérieur du pays, le manque de certains produits Brarudi se fait remarquer. Il est toujours difficile de se procurer certains produits de la Brarudi, notamment la Primus 72 cl et l’Amstel 65 cl. Ces produits se raréfient depuis un certain temps.

    Facebook

    Facebook par Weblizar Powered By Weblizar

éditorial

Les amateurs de la sainte mousse préoccupés

Les amateurs de la sainte mousse préoccupés

Le manque de bière pour un Burundais est comme le manque de pain pour un Français. Malheureusement depuis un certain temps à Bujumbura comme à l’intérieur du pays, le manque de certains produits Brarudi se fait remarquer. Il est toujours difficile de se procurer certains produits de la Brarudi, notamment la Primus 72 cl et l’Amstel 65 cl. Ces produits se raréfient depuis un certain temps.