Benjamin Kuriyo

Lire ses articles
18-09-2017

Au moment où tous les habitants de la ville attendent impatiemment la fin du délestage avec l’ouverture de la nouvelle centrale thermique de 20 MGW, Burundi Eco a fait un tour dans les quartiers […]

13-09-2017

Les entreprises industrielles et les artisanales installées sur le littoral du lac Tanganyika menacent à la biodiversité de ce lac. Ces dernières produisent des déchets toxiques issus des substances chimiques utilisées lors de la […]

12-09-2017

Les commerçants du marché Ngagara II communément appelé COTEBU retiennent leur souffle après la relocalisation de certains vendeurs et agences de transport. Une grande affluence des clients se remarque par rapport à la période […]

08-09-2017

La fondation Tabita Action a procédé à la remise des certificats à 58 candidats à l’issue d’une formation en entrepreneuriat. Les candidats apprécient ce geste et espèrent concrétiser leurs rêves en mettant en œuvre […]

28-08-2017

Le secteur de la construction traverse une crise sans précèdent. Les professionnels de ce secteur évoquent trois causes principales qui paralysent le domaine de la construction : la dépréciation de la monnaie nationale, la flambée […]

23-08-2017

L’instauration des programmes de formation-emploi, la reconversion professionnelle, la création des microprojets de développement sont des solutions à la problématique du chômage au Burundi. C’est du moins l’avis du Directeur Général de l’Office Burundais […]

08-08-2017

Le 28 juillet de chaque année, le monde entier célèbre la journée mondiale de lutte contre l’hépatite. D’après l’Organisation Mondiale de la Santé, le nombre de décès dus à l’hépatite est en nette augmentation. […]

http://burundi-eco.com/wp-content/uploads/2017/09/Journal-Burundi-Eco-nr-262-du-vendredi-15-Septembre-2017-Mailling.pdf

éditorial

Les amateurs de la sainte mousse préoccupés

Les amateurs de la sainte mousse préoccupés

Le manque de bière pour un Burundais est comme le manque de pain pour un Français. Malheureusement depuis un certain temps à Bujumbura comme à l’intérieur du pays, le manque de certains produits Brarudi se fait remarquer. Il est toujours difficile de se procurer certains produits de la Brarudi, notamment la Primus 72 cl et l’Amstel 65 cl. Ces produits se raréfient depuis un certain temps.

éditorial

Les amateurs de la sainte mousse préoccupés

Les amateurs de la sainte mousse préoccupés

Le manque de bière pour un Burundais est comme le manque de pain pour un Français. Malheureusement depuis un certain temps à Bujumbura comme à l’intérieur du pays, le manque de certains produits Brarudi se fait remarquer. Il est toujours difficile de se procurer certains produits de la Brarudi, notamment la Primus 72 cl et l’Amstel 65 cl. Ces produits se raréfient depuis un certain temps.