Culture

IFB : La médiathèque en pleine rénovation

L’IFB approvisionne sa bibliothèque en nouveaux ouvrages sur le management des entreprises et les banques .Cela pour étancher la soif de ceux qui veulent améliorer leur leadership dans les différents domaines. Et avec cette innovation, l’enregistrement en ligne est opérationnel et rapide pour ceux qui veulent aller continuer leurs études en France

Mme Stéphanie Soleansky, Directrice Déléguée de l’IFB: « Une commande de 50 ouvrages a été réalisée et sera intégrée au catalogue de la médiathèque »

« Nous avons 25000 documents en papier, et une médiathèque numérique qui s’appelle culturethèque », indique Mme Stéphanie Soleansky, Directrice Déléguée de l’Institut Français du Burundi (IFB). Elle précise que cette bibliothèque numérique est accessible dès l’instant de possession de la carte plus. Elle appelle tous les intéressés à profiter de la médiathèque qui leur facilite l’accés aux différents ouvrages, que ce soit à partir de l’ordinateur, d’un smart phone ou des tablettes au travail ou chez eux. La Culturethèque offre la presse en ligne, les livres, la musique, les concerts et les modules d’autoformation en marketing, en anglais etc, ajoute Soleansky tout en précisant que l’IFB assure la promotion des MOOC (cours universitaire gratuits en ligne) proposés par la plateforme de la France Université Numérique (FUN) dans tous les domaines. « Ce sont des cours qui peuvent être certifiants et sur Facebook nous envoyons tous les mois le news letter des cours qui vont démarrer .Et, souvent, il faut payer quelque chose. Mais en tout cas on peut suivre le cours gratuitement », indique Soleansky. Il y a des tests qui permettent d’avoir un certificat. Avec l’espace multimédias, la connexion Internet, poste informatique que possède l’IFB, elle fait savoir que cette institution offre la promotion dans la formation dans pas mal de domaines, à savoir en entrepreneuriat, en mathématiques, en biologie et ils ont choisi d’accompagner le Burundi dans la vie économique.

Renouvellement des rayons de la médiathèque selon les thématiques

Soleansky explique que le mois de novembre est le mois documentaire en entrepreneuriat. « Nous avons aussi choisi de renouveler nos rayons de livres par thématique. Une commande de 50 ouvrages a été réalisée et sera intégrée au catalogue de la médiathèque. Il y a des ouvrages en management entrepreneurial, en marketing et en communication non violente », martèle-t-elle.

Et, par conséquent, on avance avec les thématiques qui intéressent directement le Burundi. D’où trois fois par an, l’IFB passe la commande de nouveaux livres.

Comment atteindre le public ?

Mme Soleansky présente la motivation d’entrer en contact avec le journal Burundi Eco. L’IFB a mis sur pied un journal « amakuru ya IFB » qui signifie en français les nouvelles de l’IFB. Celui-ci permet de présenter les modifications ou les nouveautés qui se produiront dans cette institution, mais on a réalisé un défi de non accès à tout le public. Ce qui les a poussés à engager un échange avec Burundi Eco afin de trouver une solution à ce problème. Et l’IFB met un encart à l’intérieur du journal Burundi Eco car il est distribué dans 220 points de diffusion en Mairie de Bujumbura. Ce journal est en train d’augmenter son tirage jusqu’à 3000 exemplaires d’ici à la fin de cette année ainsi que de développer sa version électronique. Elle a signalé que ce journal est donné gratuitement. On imprimait 1500 exemplaires et très souvent on nous disait qu’on ne voyait pas nos publications. Mais aujourd’hui nos publications atteignent à notre public cible, plus particulièrement le public étudiant, car Burundi Eco est distribué gratuitement dans les universités de la capitale, poursuit Mme Soleansky.

Nouvelle procédure pour poser la candidature dans les universités françaises

Selon Mme Stéphanie Soleansky à partir du 15 novembre 2017, l’enregistrement se fera en ligne pour ceux qui veulent aller étudier à l’étranger. Cette procédure est payante car selon toujours elle, il y a des outils qu’on va développer, la garantie d’avoir la réponse devient rapide et le prix est revu à la baisse. Elle précise aussi que le prix du visa est 50 euros au lieu de 99 euros pour un diplôme de DELF B2 (diplôme d’études de langue française), la procédure coûte 70000 FBU au lieu de 140000 FBu. Et on donne l’argent avant. On le fait comme ça pour éviter qu’il y ait des démarches inutiles, Il faut savoir qu’un étudiant coûte 12000 euros par an en France. C’est pourquoi nous voulons que celui qui s’y rende réussisse car vivre en France demande beaucoup de moyens. Et qu’il utilise cette chance de la bonne manière, conclut-elle.

Rappelons qu’à l’IFB il y a d’autres activités programmées comme le café littéraire, le théâtre, le cinéma, le slam, les films documentaires, etc. durant les mois de novembre et de décembre 2017

A propos de l'auteur

Eric Ndayihaya.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur.
La rédaction se réserve le droit de ne pas publier les commentaires enfreignant ces règles et les règles de bonne conduite.

http://burundi-eco.com/wp-content/uploads/2017/12/Journal-Burundi-Eco-nr-274-du-vendredi-08-Décembre-2017-Mailling.pdf

    Abonnez-vous à notre newsletter

éditorial

A tout seigneur, tout honneur

A tout seigneur, tout honneur

Pour la deuxième fois, l’Office Burundais des Recettes vient de célébrer la Journée Nationale dédiée au contribuable. Aucun pays au monde ne peut prétendre à un développement harmonieux et durable sans que ses contribuables n’accomplissent leur devoir de payer les impôts et les taxes. L’importance des prélèvements obligatoires est sans conteste dans la vie de tout pays dans le domaine politique, économique, social et j’en passe.

    Facebook

    Facebook par Weblizar Powered By Weblizar

éditorial

A tout seigneur, tout honneur

A tout seigneur, tout honneur

Pour la deuxième fois, l’Office Burundais des Recettes vient de célébrer la Journée Nationale dédiée au contribuable. Aucun pays au monde ne peut prétendre à un développement harmonieux et durable sans que ses contribuables n’accomplissent leur devoir de payer les impôts et les taxes. L’importance des prélèvements obligatoires est sans conteste dans la vie de tout pays dans le domaine politique, économique, social et j’en passe.