Développement

Les commerçants appelés à entretenir les marchés

Lors de l’inauguration des marchés réhabilités, les autorités municipales ont invité les commerçants à faire assurer
leurs marchandises dans les compagnies d’assurance. Ils sont aussi appelés à entretenir ces infrastructures.

Pascal Barandagiye, ministre de l’Intérieur et de la Formation Patriotique en compagnie de Wolfram Vetter représentant résident de l’Union Européenne au Burundi lors de l’inauguration des marchés.

Le chantier de construction des marchés de Ruziba et la réhabilitation des marches de Ngagara, de Jabe de Kinama, de Kinindo et de Kanyosha viennent d’être terminés. Cependant, les délais d’exécution fixés n’ont pas été respectés. Freddy Mbonimpa, maire de la ville de Bujumbura explique que le non respect des délais est lié à des problèmes justifiables. Il indique que le pas important que vient de franchir le gouvernement est dû  à la bonne coopération qui existe entre le Burundi et l’Union Européenne. Il indique que ces centres de négoces sont non seulement bénéfiques aux commerçants, mais aussi à ceux qui s’y approvisionnent ainsi qu’au gouvernement à travers les taxes qui seront collectées dans ces marchés. Sur ce, M. Mbonimpa conseille les commerçants et les autorités locales à prendre soin de ces infrastructures

Wolfram Vetter, représentant résident de l’Union Européenne au Burundi précise qu’après l’incendie qui a ravagé le marché central de Bujumbura, sur demande du gouvernement du Burundi, l’Union Européen avait promis un soutien de 5 millions d’euros pour faire face à cette catastrophe. Chose promise, chose faite. M. Vetter souligne qu’à cet effet, 1682 échoppes ont été créées devant accueillir les activités commerciales. Il ajoute qu’à travers ces nouvelles infrastructures et ses équipements, l’EU espère participer à un nouvel élan pour le renforcement de l’activité économique du pays  et de sa capitale Bujumbura.

Pascal Barandagiye, ministre de l’Intérieure de la Formation Patriotique qui avait rehaussé de sa présence les  cérémonies d’inauguration  de ces marchés invite les autorités municipales, communales …. à faire tout son possible dans l’entretient de ces infrastructures si chères. Il demande à l’Union Européenne de continuer à soutenir le gouvernement du Burundi. Et, M. Mbonimpa et M. Barandagiye, tous demandent aux commerçants qui exerceront dans ces marchés de faire assurer leurs marchandises dans les compagnies d’assurances.

A propos de l'auteur

Mathias Ntibarikure.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur.
La rédaction se réserve le droit de ne pas publier les commentaires enfreignant ces règles et les règles de bonne conduite.

http://burundi-eco.com/wp-content/uploads/2017/11/Journal-Burundi-Eco-nr-271-du-vendredi-17-Novembre-2017-Mailling.pdf

    Abonnez-vous à notre newsletter

éditorial

Rentabilisation de la culture du café : Possible, mais difficile

Rentabilisation de la culture du café : Possible, mais difficile

D’une histoire datant de la période coloniale, le café est un atout pour la réduction de la pauvreté et l’augmentation de la croissance économique au Burundi. Initier dans le cadre de développer l’agriculteur par lui-même, le café est la principale culture d’exportation du pays. Il représente environ 60 à 70 % de la valeur des exportations totales. Le café burundais est classé premier au monde par sa qualité (fully washed). Un autre avantage pour qu’il reste le principal pourvoyeur de devises au Burundi.

    Facebook

    Facebook par Weblizar Powered By Weblizar

éditorial

Rentabilisation de la culture du café : Possible, mais difficile

Rentabilisation de la culture du café : Possible, mais difficile

D’une histoire datant de la période coloniale, le café est un atout pour la réduction de la pauvreté et l’augmentation de la croissance économique au Burundi. Initier dans le cadre de développer l’agriculteur par lui-même, le café est la principale culture d’exportation du pays. Il représente environ 60 à 70 % de la valeur des exportations totales. Le café burundais est classé premier au monde par sa qualité (fully washed). Un autre avantage pour qu’il reste le principal pourvoyeur de devises au Burundi.