Développement

La contribution de l’assurance-vie au développement socio-économique

L’assurance-vie contribue au développement socio-économique du pays. David Mbonabuca, représentant légal du Club d’Economie de l’Université des Grands Lacs (CECUGEL) invite les étudiants et le personnel de cette université à souscrire à l’assurance-vie pour bénéficier de ses avantages.

David Mbonabuca, représentant légal du Club d’Economie de l’Université des Grands Lacs
(CECUGEL) : « les étudiants ne comprennent pas l’importance de souscrire à une assurance-vie, car ils pensent que c’est une prime exigée ».

« Les étudiants ont l’obligation de souscrire à l’assurance-vie comme l’exige le ministère de l’Education, de l’Enseignement  Supérieur et de la Recherche Scientifique », indique Mbonabuca. Selon lui, les étudiants ne comprennent pas l’importance à souscrire à une assurance-vie, car ils estiment que c’est une prime exigée.

Quid de l’assurance-vie ?

Selon Yvan Ngabire, chargé de la souscription au sein de BICOR- Vie et Capitalisation, un contrat d’assurance-vie est souvent perçu comme un outil de transmission de capital (assurance en cas de décès), mais il est également un véritable outil d’épargne (assurance-vie en cas de vie). Ngabire fait savoir que les fonds investis dans les contrats d’assurance–vie ne sont pas bloqués. La plupart d’entre eux offrent deux possibilités qui consistent à récupérer tout ou une partie de son épargne. Il s’agit des rachats et des avances. Les rachats sont des désinvestissements totaux ou partiels des sommes déposées sur les contrats d’assurance-vie. Ils permettent de récupérer définitivement les sommes versées et constituent un événement fiscal. Quant aux avances, c’est une somme prêtée par l’organisme d’assurance sur une courte période pour éviter que l’assuré ne touche à son épargne et ne perde les avantages fiscaux.

L’assurance–vie est le moteur du développement

Ngabire fait savoir que l’assurance-vie est le moteur du développement du fait qu’elle permet aux gens d’épargner afin de pouvoir se prendre en charge pendant la retraite. En cas de décès, elle assure le maintien en vie de sa famille. En cas de maladie ou d’invalidité, l’assurance-vie permet de réduire le coût des médicaments. Selon toujours lui, les assurances-vie paient les impôts. De surcroît, il affirme que l’économie du pays en profite. Elle permet de se procurer de l’argent en cas de besoin sous forme d’emprunts sur la valeur du rachat.

Signalons qu’elle sert aussi à accumuler des capitaux pour les placements industriels, pour le développement du pays, pour la construction des ouvrages locaux et la défense du pays.

A propos de l'auteur

Jean Marie Vianney Niyongabo.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur.
La rédaction se réserve le droit de ne pas publier les commentaires enfreignant ces règles et les règles de bonne conduite.

http://burundi-eco.com/wp-content/uploads/2017/11/Journal-Burundi-Eco-nr-271-du-vendredi-17-Novembre-2017-Mailling.pdf

    Abonnez-vous à notre newsletter

éditorial

Rentabilisation de la culture du café : Possible, mais difficile

Rentabilisation de la culture du café : Possible, mais difficile

D’une histoire datant de la période coloniale, le café est un atout pour la réduction de la pauvreté et l’augmentation de la croissance économique au Burundi. Initier dans le cadre de développer l’agriculteur par lui-même, le café est la principale culture d’exportation du pays. Il représente environ 60 à 70 % de la valeur des exportations totales. Le café burundais est classé premier au monde par sa qualité (fully washed). Un autre avantage pour qu’il reste le principal pourvoyeur de devises au Burundi.

    Facebook

    Facebook par Weblizar Powered By Weblizar

éditorial

Rentabilisation de la culture du café : Possible, mais difficile

Rentabilisation de la culture du café : Possible, mais difficile

D’une histoire datant de la période coloniale, le café est un atout pour la réduction de la pauvreté et l’augmentation de la croissance économique au Burundi. Initier dans le cadre de développer l’agriculteur par lui-même, le café est la principale culture d’exportation du pays. Il représente environ 60 à 70 % de la valeur des exportations totales. Le café burundais est classé premier au monde par sa qualité (fully washed). Un autre avantage pour qu’il reste le principal pourvoyeur de devises au Burundi.