Agriculture

Pour l’accroissement de la productivité et de la commercialisation des produits agricoles

La Banque Mondiale a octroyé un don de 75 millions USD au ministère de l’Agriculture et de l’Elevage pour le développement quantitatif et qualitatif du secteur de l’agriculture et de l’élevage via le Projet Régional de Développement Agricole Intégré dans les Grands Lacs (PRDAIGL). Le lancement de ce projet s’est effectué en province Cibitoke vendredi le 26 janvier 2018

Nestor Koffi, représentant résident de la Banque Mondiale au Burundi a indiqué que les 75 millions de dollars visent à accroître la productivité et la commercialisation des produits agricoles dans la plaine de l’Imbo. Et cela dans le cadre du développement intégré, mais aussi à fournir des réponses immédiates dans le secteur de l’agriculture. « Nous avons maintenant l’opportunité de construire l’histoire positivement en réhabilitant cette infrastructure stratégique (le pont qui va relier le Burundi à la R.D.Congo) pour l’intégration des économies des pays des Grands Lacs dont le Burundi et la RDC. Cela est d’autant plus important que la production agricole quelle que soit sa portée a besoin d’être commercialisée. Le pont est une infrastructure qui va contribuer énormément à ce commerce source de devise pour l’économie Burundaise », a précisé Nestor Koffi.

Les produits concernés

Déo Guide Rurema, ministre de tutelle, a indiqué que ce projet vise à augmenter la production du riz, du maïs et du lait dans la plaine de l’Imbo. Et, pour réussir le pari, le projet prévoit la remise en valeur des champs de riz et de maïs, la recherche des semences sélectionnées, des intrants agricoles, des tracteurs et autres outils modernes de labour et de sarclage pour maximiser la production. Le travail concerne également l’exploitation des marais et leur irrigation sans oublier la protection des bassins versants. Et, pour la production laitière, le ministre Guide Rurema a précisé que le projet va appuyer les éleveurs en leur donnant des vaches de race améliorée qui produisent beaucoup de lait tout sensibilisant la population aux techniques modernes d’élevage.

Déo Guide Rurema, ministre de l’Agriculture et de l’Elevage : « Nous voulons que la production augmente, soit vendue moins chère jusqu’à ce que celui qui a 50 FBu puisse acheter quelque chose ».

Pour un bon rendement, le ministre de tutelle invite les agri-éleveurs à se regrouper en associations. Il a promis que des séances de formation sur les techniques modernes agricoles à l’intention des agri-éleveurs sont prévues par le projet. Cela concerne également la formation sur les stratégies commerciales pour l’écoulement des produits agricoles. Il a informé que des unités de transformation des produits alimentaires seront mises en place pour faciliter l’activité commerciale. « Nous voulons que la production augmente, soit vendue moins chère jusqu’à ce que celui qui a 50 FBu puisse acheter quelque chose ». Le pont qui va relier le Burundi à la R.D.Congo pour faciliter les échanges commerciaux entre les deux pays sera construit sur la rivière Rusizi à Kaburantwa, commune Buganda en province Cibitoke. Sa construction ne va pas prendre 2 ans, a précisé le ministre ayant l’agriculture dans ses attributions. Il a rassuré que ce projet va aider à augmenter les sources de revenus pour agriculteurs et que 35% des bénéficiaires sont des femmes.

Les Principaux bénéficiaires

« Les petits agriculteurs et producteurs laitiers estimés à 55.000 exploitants agricoles, les groupes vulnérables, en particulier les jeunes sans emplois, les femmes, les personnes déplacées et d’autres franges de la population vulnérables, en l’occurrence les Batwa et tous de la zone ciblée » sont, selon Louis Nduwimana, coordonnateur du projet, les principaux bénéficiaires de ce projet. Il a ajouté que les autres cibles sont les institutions publiques et les services techniques du ministère de l’Agriculture et de l’Elevage, les ONG, les opérateurs de proximité, les investisseurs et les opérateurs privés, les petites et moyennes entreprises offrant des services liés aux activités agricoles ou rurales ainsi que les entreprises du bâtiment et des travaux publics.

Les régions couvertes par le projet sont l’Imbo, la plaine de la Rusizi et le littoral du lac Tanganyika. Ce projet couvre 11 communes réparties dans 5 provinces, à savoir : Mutimbuzi et Kabezi dans la province de Bujumbura Rurale, Buganda et Rugombo de la province Cibitoke, Mpanda et Rugazi de la province Bubanza, Muhuta, Bugarama et Rumonge dans la province de Rumonge et Nyanza-lac dans la province de Makamba.

La mise en œuvre du projet s’étend sur 5 ans. La R.D.Congo va à son tour produire la culture du manioc à échanger avec le Burundi et cela avec un budget de 150 millions USD.

A propos de l'auteur

Bonith Bigirindavyi.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur.
La rédaction se réserve le droit de ne pas publier les commentaires enfreignant ces règles et les règles de bonne conduite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

http://burundi-eco.com/wp-content/uploads/2018/02/Journal-Burundi-Eco-nr-284-du-vendredi-16-Février-2018-Mailling.pdf

    Abonnez-vous à notre newsletter

éditorial

La Regideso confrontée à la sous-consommation de l’électricité

La Regideso confrontée à la sous-consommation de l’électricité

Depuis plus de quatre mois, les habitants de la ville de Bujumbura se réjouissent de la disponibilité de l’électricité au moins 18 h par jour, c’est-à-dire de 6 h à minuit. Cela est le résultat de l’augmentation de la production de l’électricité par la Regideso qui a été suivie par la hausse des tarifs.

    Facebook

    Facebook par Weblizar Powered By Weblizar

éditorial

La Regideso confrontée à la sous-consommation de l’électricité

La Regideso confrontée à la sous-consommation de l’électricité

Depuis plus de quatre mois, les habitants de la ville de Bujumbura se réjouissent de la disponibilité de l’électricité au moins 18 h par jour, c’est-à-dire de 6 h à minuit. Cela est le résultat de l’augmentation de la production de l’électricité par la Regideso qui a été suivie par la hausse des tarifs.