Transport

L’aéroport international de Bujumbura pourrait changer de visage

En besoin d’être réhabilité et modernisé, l’aéroport international de Bujumbura pourrait changer de visage cette année ou au plus tard en 2019.

« Le projet pourrait débuter au cours de cette année 2018 ou au plus tard en 2019. La durée d’exécution du projet est de 3 ans », déclare Emmanuel Habimana, directeur général de l’Autorité de l’Aviation Civile du Burundi (AACB). Il parle de la réhabilitation et de l’extension de l’aéroport international de Bujumbura.

Emmanuel Habimana, directeur général de l’AACB : « L’aérogare et la tour de contrôle sont déjà désuètes et la piste d’atterrissage est vieille »

Une infrastructure désuète

Selon M. Habimana, l’aérogare et la tour de contrôle sont déjà désuètes et la piste est vieille. D’où la nécessité de réhabiliter et de moderniser l’aéroport international de Bujumbura. « Le gouvernement du Burundi prévoit réhabiliter, renforcer et procéder à l’extension de tout l’aire de mouvement. C’est-à-dire, la piste, les voies de circulation et les parkings », précise-t-il.

M. Habimana informe que le gouvernement prévoit également construire une nouvelle tour de contrôle de plus de 35 m de haut. L’actuel tour a 12 mètres de haut. « L’aérogare sera aussi nouvellement construite. Au moment où celle-ci a été construite pour accueillir 100 mille passagers par an, elle en arrive aujourd’hui à 300 mille passagers par an. Il est envisagé la construction d’une aérogare qui pourra accueillir plus d’ 1 million de passagers par an », martèle-t-il.
Et de rassurer : « Toutes ces trois infrastructures seront munies d’équipements modernes conformément aux normes internationales. Elles devront répondre aux besoins du moment ».

Pour M. Habimana, l’aéroport international de Bujumbura est vieux de plus de 50 ans. « Il avait été initialement construit pour desservir 100 mille passagers par an avec une tour de contrôle pouvant fonctionner conformément aux normes d’une piste de 1 200 mètres. Pour les besoins de la cause, la piste a été allongée jusqu’à 2400 mètres d’abord, à 3 600 mètres ensuite (la piste actuelle) », explique-t-il.

Vue de l’aéroport international de Bujumbura.

M. Habimana fait remarquer que la piste actuelle est âgée de plus de 30 ans. Il annonce que celle-ci est capable d’accueillir les avions commerciaux les plus gros qui sont sur le marché jusqu’au Boeing 747 série 400. Quant aux cargos, elle peut accueillir l’Antonov 124.

L’unique aéroport international du Burundi, l’aéroport international de Bujumbura se trouve à l’Ouest du pays. Il dessert essentiellement la capitale Bujumbura.

Dans le compte-rendu du conseil des ministres du 24 novembre 2017, il est stipulé que pour exécuter le projet de réhabilitation et extension de l’aéroport international de Bujumbura, le gouvernement pourrait recourir à un crédit concessionnel à taux préférentiel moyennant une assistance technique offerte par l’entreprise China Communications Constructions Company Ltd (CCCC) et une assistance financière offerte par le gouvernement de la République Populaire de Chine à travers la convention de financement à signer avec EXIM BANK.

A propos de l'auteur

Mélance Maniragaba.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur.
La rédaction se réserve le droit de ne pas publier les commentaires enfreignant ces règles et les règles de bonne conduite.

http://burundi-eco.com/wp-content/uploads/2018/02/Journal-Burundi-Eco-nr-284-du-vendredi-16-Février-2018-Mailling.pdf

    Abonnez-vous à notre newsletter

éditorial

La Regideso confrontée à la sous-consommation de l’électricité

La Regideso confrontée à la sous-consommation de l’électricité

Depuis plus de quatre mois, les habitants de la ville de Bujumbura se réjouissent de la disponibilité de l’électricité au moins 18 h par jour, c’est-à-dire de 6 h à minuit. Cela est le résultat de l’augmentation de la production de l’électricité par la Regideso qui a été suivie par la hausse des tarifs.

    Facebook

    Facebook par Weblizar Powered By Weblizar

éditorial

La Regideso confrontée à la sous-consommation de l’électricité

La Regideso confrontée à la sous-consommation de l’électricité

Depuis plus de quatre mois, les habitants de la ville de Bujumbura se réjouissent de la disponibilité de l’électricité au moins 18 h par jour, c’est-à-dire de 6 h à minuit. Cela est le résultat de l’augmentation de la production de l’électricité par la Regideso qui a été suivie par la hausse des tarifs.