Cooperation

U E : Toujours aux côtés de la population burundaise

Les ambassadeurs de l’UE et des Etats membres sont impressionnés par l’engagement de la population et de l’administration dans la mise en œuvre des projets de coopération. Ils promettent de raffiner l’aide. Cela ressort de la visite des projets de coopération de l’UE et des Etats membres, les 4 et  5 mai 2017

« Nous venons d’effectuer une visite des projets entièrement financés par l’Union Européenne (UE) et les Etats membres. Le constat est que la population et l’administration se donnent corps et âme pour la bonne réalisation de ces projets. C’est vraiment encourageant. Alors que nous sommes dans la phase de réflexion sur les secteurs dans lesquels il faut investir, cette visite nous inspire. Nous allons donc continuer à soutenir nos projets dont la plupart sont des projets à long terme», déclare Wolfram VETTER, ambassadeur chef de délégation de l’UE au Burundi. Et Bernard Quintin, ambassadeur du royaume de Belgique au Burundi de renchérir : « Une telle visite nous permet de se rendre compte de ce qui est déjà réalisé, de ce qui est à améliorer afin de raffiner notre aide ».

Les ambassadeurs sur terrain visitant les projets

 

Des projets profitables

Parmi les projets visités, l’Appui de Transition au Secteur de l’Energie (ATASE). Ce projet dont le montant total de l’action est de 14 millions d’euros et dont la contribution de l’UE est estimée à 11 millions d’euros couvre la période d’avril 2015 à avril 2017.Wilson Tangishaka, directeur électricité à la Regideso se réjouit de ce financement. Il a facilité, selon toujours lui, la disponibilisation d’une centrale thermique privée de 10 MW loué par la Regideso. « La part de cette centrale dans la production de l’électricité au Burundi représente plus de 25%. Ce qui permet de réduire le déficit énergétique dont souffre le pays», indique M.Tangishaka. Le programme d’Appui Institutionnel au Secteur de la Santé au Burundi (PAISS), un projet dont la Coopération Technique Belge (CTB) assure la continuité des interventions depuis 2011 dans différents volets a été dans le viseur de la visite. Il est financé par le royaume de Belgique à hauteur de 3 millions d’euros. Le projet vise l’amélioration de la performance du système de santé, avec un seul outcome : « Plus de prestations de santé de qualité ». Les ambassadeurs de l’UE et des Etats membres ont visité également le Projet d’Appui à la Gouvernance et à la Gestion Foncière (PAGGF). Financé par l’UE avec un montant total de l’action de 5,5 millions d’euros, il vise le développement de la gestion foncière pour limiter les risques de conflits interpersonnels et faciliter l’accès à la terre des personnes vulnérables. Salvator Manirakiza, cultivateur de la colline Nyagisozi, commune Kiganda en province Muramvya est bénéficiaire du projet PAGGF. Il témoigne que via les séances de sensibilisation sur la gestion foncière données par PAGGF, il est au courant de l’existence des terrains domaniaux, ceux des privés…Pour lui, avant le début de l’exécution du projet PAGGF, il arrivait parfois qu’on ne parvenait pas à localiser là où implanter un cimetière, une école, un dispensaire,… « Quand les terrains seront délimités, il sera facile de savoir là où implanter les projets de développement », explique-t-il. La RN12 a aussi été visité. Ce projet dont le bailleur est l’UE avec un montant de 52 millions d’euros s’inscrit dans le cadre de la construction des routes et des voies de circulation au Burundi sur les 10 dernières années. Dans le même ordre d’idées, l’UE a également financé la RN4, la RN13, la RN19, une partie de la voirie de Bujumbura ainsi que des routes en terre pour un montant de plus de 150 millions d’euros. Deux projets financés par la Belgique  ont aussi intéressés les ambassadeurs. Il s’agit du projet de Développement du Petit Elevage (DEPEL) et Horamama Coffee Dry Mil. Les montants reçus sont successivement de 1,7 millions d’euros et 1,67  millions d’euros. La centrale hydroélectrique de Rwegura, une des cibles aussi de la visite a reçu 46 millions d’euros de la part de GVT, Fonds Koweitien, AFD, KFW, UE et BAD. Il en est de même de l’usine de production de thé et de la microcentrale hydroélectrique de Teza qui ont bénéficié l’appui de l’UE à raison de 3,6 millions d’euros par l’intermédiaire des fonds STABEX. Deux autres projets, à savoir l’Alliance française de Gitega et Ubuntu Care ont intéressé les ambassadeurs. Toutefois, le montant de leur financement n’est pas indiqué dans l’ouvrage-guide de la visite. Emmanuel Niyungeko, gouverneur de la province de Muramvya, une des provinces bénéficiaires des projets de l’UE et des Etats membres salue l’initiative de soutien à la population. « Les projets sont exécutés en collaboration avec le bailleur,  la population et l’administration », reconnait-il.

Notons qu’une telle visite a été effectuée du 21 au 22 novembre 2016. Cela en mairie de Bujumbura et dans les provinces du sud du pays, à savoir Rumonge, Makamba, Rutana et Bururi. La deuxième visite a visé les provinces du centre et du nord du pays, notamment Muramvya, Gitega, Ngozi, Kayanza et la mairie de Bujumbura.

A propos de l'auteur

Mélance Maniragaba.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur.
La rédaction se réserve le droit de ne pas publier les commentaires enfreignant ces règles et les règles de bonne conduite.

http://burundi-eco.com/wp-content/uploads/2017/09/Journal-Burundi-Eco-nr-262-du-vendredi-15-Septembre-2017-Mailling.pdf

    Abonnez-vous à notre newsletter

éditorial

Les amateurs de la sainte mousse préoccupés

Les amateurs de la sainte mousse préoccupés

Le manque de bière pour un Burundais est comme le manque de pain pour un Français. Malheureusement depuis un certain temps à Bujumbura comme à l’intérieur du pays, le manque de certains produits Brarudi se fait remarquer. Il est toujours difficile de se procurer certains produits de la Brarudi, notamment la Primus 72 cl et l’Amstel 65 cl. Ces produits se raréfient depuis un certain temps.

    Facebook

    Facebook par Weblizar Powered By Weblizar

éditorial

Les amateurs de la sainte mousse préoccupés

Les amateurs de la sainte mousse préoccupés

Le manque de bière pour un Burundais est comme le manque de pain pour un Français. Malheureusement depuis un certain temps à Bujumbura comme à l’intérieur du pays, le manque de certains produits Brarudi se fait remarquer. Il est toujours difficile de se procurer certains produits de la Brarudi, notamment la Primus 72 cl et l’Amstel 65 cl. Ces produits se raréfient depuis un certain temps.