Développement

Pourquoi les marchés réouverts restent toujours vides ?

Le 10 août 2017, la mairie a procédé à l’inauguration officielle des six marchés réhabilités (Jabe, Musaga, Ngagara, Kinindo, Kinama et Kanyosha) et d’un marché de Ruziba nouvellement construit. Cependant, les marchés restent non opérationnels. Une certaine opinion parle d’un quiproquo.

Le marché de Kinindo vide après réouverture

« La mairie doit rectifier ou trouver un autre terme à utiliser à la place de « inauguration » car, pour lui, l’inauguration sous-entend l’ouverture officielle. Et l’ouverture des marchés implique le commencement des activités dans ces derniers », précise Noël Nkurunziza, président de l’Association Burundaise des Consommateurs (ABUCO). Pour lui, les consommateurs et les fournisseurs devraient dès le lendemain de l’ouverture de ces marchés se rendre dans ces derniers pour y exercer leur négoce.

Quant à la commission chargée de la réinstallation des commerçants, M. Nkurunziza indique que cette dernière devrait précéder l’inauguration de ces marchés. D’après lui, c’est cette dernière qui aurait étudié réinstallation des commerçants. Il souhaiterait que cette commission soit inclusive, c’est-à-dire compte en son sein des commerçants, des associations des consommateurs ….il demande à la commission de tout faire dans la transparence totale pour satisfaire tout le monde. Il lui demande de réinstaller en premier lieu les anciens occupants et enfin d’attribuer les nouvelles places aux nouveaux occupants. Mais d’après des sources concordantes, cette commission aura des difficultés dans la réinstallation des commerçants car, dans ces marchés réhabilités, il y a eu la construction de nouveaux bâtiments qui a grignoté sur les places des commerçants. Les mêmes sources indiquent qu’il y a de nouveaux postulants qui veulent des places alors que ces marchés ne sont pas élastiques. Le maire de la ville Freddy Mbonimpa a plutôt rassuré les anciens propriétaires des stands dans ces marchés en leur disant que pour ceux qui possèdent des fiches, le travail de leur réinstallation s’effectuera dans une transparente totale.

A propos de l'auteur

Mathias Ntibarikure.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur.
La rédaction se réserve le droit de ne pas publier les commentaires enfreignant ces règles et les règles de bonne conduite.

http://burundi-eco.com/wp-content/uploads/2017/11/Journal-Burundi-Eco-nr-271-du-vendredi-17-Novembre-2017-Mailling.pdf

    Abonnez-vous à notre newsletter

éditorial

Rentabilisation de la culture du café : Possible, mais difficile

Rentabilisation de la culture du café : Possible, mais difficile

D’une histoire datant de la période coloniale, le café est un atout pour la réduction de la pauvreté et l’augmentation de la croissance économique au Burundi. Initier dans le cadre de développer l’agriculteur par lui-même, le café est la principale culture d’exportation du pays. Il représente environ 60 à 70 % de la valeur des exportations totales. Le café burundais est classé premier au monde par sa qualité (fully washed). Un autre avantage pour qu’il reste le principal pourvoyeur de devises au Burundi.

    Facebook

    Facebook par Weblizar Powered By Weblizar

éditorial

Rentabilisation de la culture du café : Possible, mais difficile

Rentabilisation de la culture du café : Possible, mais difficile

D’une histoire datant de la période coloniale, le café est un atout pour la réduction de la pauvreté et l’augmentation de la croissance économique au Burundi. Initier dans le cadre de développer l’agriculteur par lui-même, le café est la principale culture d’exportation du pays. Il représente environ 60 à 70 % de la valeur des exportations totales. Le café burundais est classé premier au monde par sa qualité (fully washed). Un autre avantage pour qu’il reste le principal pourvoyeur de devises au Burundi.