Médias

Prix « Genre et Médias » édition 2016: Burundi Eco primé en premier

 

Genre et Médias melance-maniragaba-redacteur-en-chef-burundi-eco
« Leadership féminin communautaire dans la cohésion sociale » ; tel est le thème du prix « Genre et Médias », édition 2016 organisé par l’Association des Femmes Journalistes du Burundi, « AFJO ». Le journal Burundi Eco a été primé en premier suivi du Groupe de presse Iwacu et de l’Agence Burundaise de Presse (ABP). 

Depuis l’année 2O1O, l’Association des Femmes Journalistes du Burundi « AFJO », organise le prix « Genre et Médias », en vue de promouvoir la prise en compte du genre dans les médias burundais.

Selon Agathonique Barakukuza, présidente de l’AFJO, le prix de cette année a une particularité, car le concours a ciblé les médias alors que les années précédentes, le prix était centré sur les journalistes.

Améliorer la place de la femme

11111Mme Barakukuza souligne que le prix « Genre et Médias » est ouvert à tous les médias oeuvrant au Burundi. «  Il récompense les meilleures initiatives et dispositions prises pour améliorer la place et l’image de la femme dans les médias », précise t-elle.

Pour cette édition, quatre propositions ont été analysées, cotées et classées selon les critères fixés par un jury constitué de professionnels dans le domaine du genre et des médias. Elle fait remarquer que seuls les trois premiers médias ont été primés. Cependant, elle regrette une faible participation des médias. Compte tenu du nombre de médias oeuvrant au Burundi, l’AFJO aurait eu plus de médias participant à ce concours.

Les femmes sont capables

Au nom du journal Burundi Eco primé en premier, Mélance Maniragaba, son rédacteur en chef exprime un sentiment de gratitude. Il indique que c’est un honneur pour le journal de gagner ce prix et promet de produire des articles pour la promotion des femmes, leurs capacités que ce soit dans le monde médiatique ou dans d’autres domaines.

Les femmes représentent 52 % de la population burundaise, mais les contenus médiatiques ne reflètent pas cette réalité. Les cérémonies ont été rehaussées par le secrétaire permanent au ministère ayant les télécommunications et les médias dans ses attributions, M. Frédéric Francois Sigejeje.

A propos de l'auteur

Bella-Sonia Ndamiye.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur.
La rédaction se réserve le droit de ne pas publier les commentaires enfreignant ces règles et les règles de bonne conduite.

Un commentaire

Les commentaires sont fermés.

http://burundi-eco.com/wp-content/uploads/2017/11/Journal-Burundi-Eco-nr-271-du-vendredi-17-Novembre-2017-Mailling.pdf

    Abonnez-vous à notre newsletter

éditorial

Rentabilisation de la culture du café : Possible, mais difficile

Rentabilisation de la culture du café : Possible, mais difficile

D’une histoire datant de la période coloniale, le café est un atout pour la réduction de la pauvreté et l’augmentation de la croissance économique au Burundi. Initier dans le cadre de développer l’agriculteur par lui-même, le café est la principale culture d’exportation du pays. Il représente environ 60 à 70 % de la valeur des exportations totales. Le café burundais est classé premier au monde par sa qualité (fully washed). Un autre avantage pour qu’il reste le principal pourvoyeur de devises au Burundi.

    Facebook

    Facebook par Weblizar Powered By Weblizar

éditorial

Rentabilisation de la culture du café : Possible, mais difficile

Rentabilisation de la culture du café : Possible, mais difficile

D’une histoire datant de la période coloniale, le café est un atout pour la réduction de la pauvreté et l’augmentation de la croissance économique au Burundi. Initier dans le cadre de développer l’agriculteur par lui-même, le café est la principale culture d’exportation du pays. Il représente environ 60 à 70 % de la valeur des exportations totales. Le café burundais est classé premier au monde par sa qualité (fully washed). Un autre avantage pour qu’il reste le principal pourvoyeur de devises au Burundi.