Médias

CNC: Un coup de chapeau au respect de sa ligne éditoriale

A l’occasion du quatrième anniversaire du Journal Burundi Eco, le Conseil National de la Communication ( CNC ) le félicite pour avoir gardé son cahier des charges convenu avec cette institution. Cependant certaines choses méritent d’être améliorées. C’est ce qu’indique M. Gabriel Bihumugani, vice-président du CNC dans un entretien avec Burundi Eco.

 

La principale question qui préoccupe le journal Burundi Eco après ses quatre ans d’existence est de savoir comment le CNC apprécie le travail de ce médium.

 

Gabriel Bihumugani, vice-président CNC«Je félicite le journal Burundi Eco pour ses quatre ans de fonctionnement au sein du paysage médiatique burundais. Après avoir interrogé l’équipe chargée de faire le monitoring, je ne manquerai pas d’applaudir la rédaction du Journal Burundi Eco pour avoir respecté sa ligne éditoriale même pendant la période de crise. Le journal n’a jamais dérapé », déclare M. Gabriel Bihumugani, vice–président du CNC.

 

Il souligne que le Journal Burundi Eco a gardé le cahier des charges convenu avec le CNC et que c’est un comportement à encourager, et qui peut servir d’exemples pour les autres médias. « Le journal Burundi Eco est un hebdomadaire et, à chaque parution, il respecte le dépôt légal. Les articles d’information sont signés, les photos sont visibles, la « Une » s’impose par une grande photo. Et, en plus de cela, le journal Burundi Eco ne manque pas de mentionner l’imprimerie dans laquelle il est imprimé. C’est vraiment une grande satisfaction de la part du CNC », précise M.Bihumugani.

 

Cependant le vice–président du CNC indique que certaines choses méritent d’être améliorées pour le bon développement du journal Burundi Eco.

Pour M. Bihumugani, le journal Burundi Eco doit corriger trois choses en vue de s’améliorer.

Tout d’abord, il faut mentionner à la deuxième page les noms de l’équipe de rédaction. Ensuite, il propose que pour la bonne visibilité de Burundi Eco toutes les pages du journal soient en couleur au lieu que ce soit seulement la première et la dernière page. Enfin, pour ce qui est du format, M. Bihumugani demande de garder le format A2 pour que les lecteurs ne se perdent pas.

Il conclut en encourageant toute l’équipe de Burundi Eco à garder l’esprit de travail tout en respectant sa ligne éditoriale et lui souhaite un très joyeux anniversaire.

A propos de l'auteur

Bella-Sonia Ndamiye.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur.
La rédaction se réserve le droit de ne pas publier les commentaires enfreignant ces règles et les règles de bonne conduite.

http://burundi-eco.com/wp-content/uploads/2017/11/Journal-Burundi-Eco-nr-271-du-vendredi-17-Novembre-2017-Mailling.pdf

    Abonnez-vous à notre newsletter

éditorial

Rentabilisation de la culture du café : Possible, mais difficile

Rentabilisation de la culture du café : Possible, mais difficile

D’une histoire datant de la période coloniale, le café est un atout pour la réduction de la pauvreté et l’augmentation de la croissance économique au Burundi. Initier dans le cadre de développer l’agriculteur par lui-même, le café est la principale culture d’exportation du pays. Il représente environ 60 à 70 % de la valeur des exportations totales. Le café burundais est classé premier au monde par sa qualité (fully washed). Un autre avantage pour qu’il reste le principal pourvoyeur de devises au Burundi.

    Facebook

    Facebook par Weblizar Powered By Weblizar

éditorial

Rentabilisation de la culture du café : Possible, mais difficile

Rentabilisation de la culture du café : Possible, mais difficile

D’une histoire datant de la période coloniale, le café est un atout pour la réduction de la pauvreté et l’augmentation de la croissance économique au Burundi. Initier dans le cadre de développer l’agriculteur par lui-même, le café est la principale culture d’exportation du pays. Il représente environ 60 à 70 % de la valeur des exportations totales. Le café burundais est classé premier au monde par sa qualité (fully washed). Un autre avantage pour qu’il reste le principal pourvoyeur de devises au Burundi.