Transport

Transfert de la gare du Nord vers le marché de Ngagara II

La gare du Nord a déménagé depuis le 3 juillet 2017 vers le marché Ngagara II (Cotebu). Au moment où les transporteurs constatent des irrégularités, la mairie indique qu’elle va améliorer la nouvelle gare au fur et à mesure de l’écoulement du temps

Vue de la nouvelle gare du marché Ngagara II

Bruits de moteur, klaxons de véhicules, embouteillages, sifflets des policiers, passage dans des sens uniques caractérisaient la nouvelle gare des bus et taxi-voitures qui prennent la direction nord et centre du pays. C’était la journée du lundi 3 juillet 2017. Derrière cette gare située au sud du marché appelé communément Cotebu, une maison en construction et un buisson donnent les premières impressions. La gare qui hébergeait normalement les bennes faisant le transport en ville n’était pas encore aménagé. C’est un terrain étroit en terre. Il ne dispose pas d’infrastructures caractéristiques d’une gare routière. Ce qui n’est pas le cas pour les agences. Elles sont dans un bon emplacement et n’ont jusqu’à maintenant pas de problèmes comme l’affirme Yves Ngendakuriyo, responsable de l’agence « Volcano » au Burundi. Cet emplacement se trouve à l’avenue de l’Agriculture, à plus de 100 mètres au nord-ouest du marché. Un building abrite des bureaux et une cour intérieure pour le parking. Candide Kazatsa, chargée de la communication à la mairie de Bujumbura indique que le déménagement de la gare du Nord vers Cotebu s’inscrit dans le cadre de redynamiser ce marché. Cependant elle reconnait que les débuts sont difficiles. Et de tranquilliser : « Je sais que les transporteurs ne manquent pas de problèmes. Au fur du temps, nous allons les inventorier et on va trouver les solutions ensemble ».

Instabilité de part et d’autre

Vue de la gare du Nord

Thaddée Nzoyisaba, président de l’Association des Transporteurs Rémunérés des Personnes de la gare du Nord témoigne que la nouvelle gare est étroite. « Elle n’a pas d’indication de stationnement selon les directions. Les véhicules sont mêlés contrairement à la gare du Nord. Ce qui déboussole les clients », fait-il remarquer. Par ailleurs, s’inquiète-t-il, la gare est en terre. Il ne dispose pas de latrines, fait savoir M.Nzoyisaba avant d’ajouter que les transporteurs ont peur que les gens ne se servent du buisson situé derrière la gare comme lieu d’aisance. Ce qui peut causer des maladies. Bien que la gare ne soit pas encore efficace, Charles Ntirampeba, secrétaire général de l’Association des Transporteurs du Burundi explique que cela ne constitue pas un problème. D’ailleurs, d’après M.Ntirampeba, même la gare du Nord était placée le long des routes et des stations-services. « Seulement une gare devrait remplir des principes de base. C’est pourquoi nous allons demander à la mairie de bien l’aménager surtout que nous payons les frais de stationnement », annonce-t-il. Concernant la propreté au sein de cette gare, Mme Kazatsa rappelle que la mairie a déjà commencé à appliquer le principe pollueur-pollueur. Selon elle, même les transporteurs doivent contribuer pour rendre la gare propre. Et de continuer : « Quant aux toilettes, ils peuvent utiliser celles se trouvant à l’intérieur du marché en attendant les nouvelles installations ». Pour ce qui est d’autres catégories de personnes, Innocent Ndikumana, agent communautaire en éducation à Kirundo a raté le bus « Volcano ». Il indique qu’il est parti de Kanyosha à 10 kilomètres de la gare du Nord tout en sachant que la gare était encore là. Par surprise, informe-t-il, il a trouvé la gare déménagée. Voulant rejoindre la nouvelle gare, M.Ndikumana a trouvé que le bus était déjà parti. Ce qui lui a fait perdre non seulement le timing, mais aussi beaucoup de ticket. Colette Nsabimana, un passager qui voulait se rendre à Ngozi avait peur de probables voleurs qui profiteraient du désordre en place pour semer la pagaille. Léonard Ngendakumana, taxi-vélo déplore que les taxis-vélos soient pourchassés par la police dans la nouvelle gare. « Pourtant, nous stationnions avant à la gare du Nord et personne n’est autorisé à y stationner aujourd’hui », regrette-t-il.

Notons que la décision de transférer la gare du Nord vers le marché Cotebu a été signée le 27 juin 2017

A propos de l'auteur

Mélance Maniragaba.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur.
La rédaction se réserve le droit de ne pas publier les commentaires enfreignant ces règles et les règles de bonne conduite.

http://burundi-eco.com/wp-content/uploads/2017/07/Journal-Burundi-Eco-n°-254-du-vendredi-21-Juillet-2017-Mailling.pdf

    Abonnez-vous à notre newsletter

éditorial

Stationnement payant : Est-ce une nécessité ?

Stationnement payant : Est-ce une nécessité ?

Le stationnement est désormais payant dans la capitale Bujumbura depuis mi-juin 2017. Cette mesure a été prise par la Mairie, mais beaucoup de citoyens plus particulièrement les automobilistes ne comprennent pas pourquoi. Est-ce pour améliorer les conditions de vie des citadins en maintenant les rues propres et en bon état ? Est-ce pour renflouer les caisses de la Mairie ? En tout cas, cette mesure suscite beaucoup d’interrogations.

    Facebook

    Facebook par Weblizar Powered By Weblizar

éditorial

Stationnement payant : Est-ce une nécessité ?

Stationnement payant : Est-ce une nécessité ?

Le stationnement est désormais payant dans la capitale Bujumbura depuis mi-juin 2017. Cette mesure a été prise par la Mairie, mais beaucoup de citoyens plus particulièrement les automobilistes ne comprennent pas pourquoi. Est-ce pour améliorer les conditions de vie des citadins en maintenant les rues propres et en bon état ? Est-ce pour renflouer les caisses de la Mairie ? En tout cas, cette mesure suscite beaucoup d’interrogations.