Cooperation

Vers la redynamisation de l’entreprise « Verrundi »

vice president

Le 2ème vice-président de la République Joseph Butore a reçu en audience une délégation d’hommes d’affaires russes vendredi le 15 avril 2016. Leurs entretiens ont porté sur la redynamisation de l’entreprise « Verrundi »

 

La délégation était accompagnée par Georgy V. Todua l’ambassadeur de Russie au Burundi et Igor Konstantinov, home d’affaires russe, Directeur Général de Lisma, une entreprise qui fabrique des outils de production d’électricité comme les ampoules et des appareils électriques variés. Dans une interview qu’il a accordée à la presse, M. Konstantinov, a fait savoir que Lisma, l’entreprise qu’il dirige, va fabriquer des outils de production d’électricité.

 

Isidore Ntirampeba, conseiller principal chargé du bureau presse et communication et porte-parole du 2ème vice-président, indique que les entretiens ont porté sur les activités qui peuvent faire avancer le pays. M. Ntirampeba rappelle que cette visite fait suite à celle qu’avait effectuée une délégation burundaise en Russie au mois de mars. Il ajoute que la délégation russe a déjà visité le site de l’ancienne société « Verrundi » qui fabriquait des verres et des bouteilles avant de rappeler que « Verrundi » était sur la liste des entreprises à privatiser. La délégation promet en outre qu’en dehors de la fabrication des appareils électriques, elle pourra fabriquer aussi des verres et des bouteilles comme le faisait « Verrundi ».La délégation souhaite implanter les agences de cette entreprise dans la région.

 

Konstantinov précise : « c’est un avantage pour le Burundi car il y aura création d’emplois et entrée des devises dans le trésor public ». M. Ntirampeba rassure que le gouvernement va offrir des avantages à ces investisseurs tel que prévu par le code des investissements.

 

La délégation se réjouit de la situation actuelle au niveau sécuritaire et au niveau des opportunités d’investissements.

A propos de l'auteur

Mathias Ntibarikure.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur.
La rédaction se réserve le droit de ne pas publier les commentaires enfreignant ces règles et les règles de bonne conduite.

http://burundi-eco.com/wp-content/uploads/2017/11/Journal-Burundi-Eco-nr-271-du-vendredi-17-Novembre-2017-Mailling.pdf

    Abonnez-vous à notre newsletter

éditorial

Rentabilisation de la culture du café : Possible, mais difficile

Rentabilisation de la culture du café : Possible, mais difficile

D’une histoire datant de la période coloniale, le café est un atout pour la réduction de la pauvreté et l’augmentation de la croissance économique au Burundi. Initier dans le cadre de développer l’agriculteur par lui-même, le café est la principale culture d’exportation du pays. Il représente environ 60 à 70 % de la valeur des exportations totales. Le café burundais est classé premier au monde par sa qualité (fully washed). Un autre avantage pour qu’il reste le principal pourvoyeur de devises au Burundi.

    Facebook

    Facebook par Weblizar Powered By Weblizar

éditorial

Rentabilisation de la culture du café : Possible, mais difficile

Rentabilisation de la culture du café : Possible, mais difficile

D’une histoire datant de la période coloniale, le café est un atout pour la réduction de la pauvreté et l’augmentation de la croissance économique au Burundi. Initier dans le cadre de développer l’agriculteur par lui-même, le café est la principale culture d’exportation du pays. Il représente environ 60 à 70 % de la valeur des exportations totales. Le café burundais est classé premier au monde par sa qualité (fully washed). Un autre avantage pour qu’il reste le principal pourvoyeur de devises au Burundi.