Médias

OBR: Le Journal Burundi Eco contribue au civisme fiscal

Quatre ans d’existence, quatre ans au service du civisme fiscal. Selon Jean Mvuyekure, directeur de la communication et des services aux contribuables, le journal Burundi Eco collabore avec l’Office Burundais des Recettes (OBR) en exploitant les sujets en rapport avec la fiscalité.

 

OBR Jean Mvuyekure, communication OBR« J’apprécie l’hebdomadaire Burundi Eco car, avant qu’il ne voit le jour, il n’y avait aucun autre medium qui traitait les sujets économiques », déclare M. Jean Mvuyekure, directeur de la communication et des services aux contribuables à l’OBR.

 

Il indique que le Journal Burundi Eco a aidé l’OBR à exploiter certains sujets en rapport avec les douanes et la fiscalité. « L’OBR a entrepris beaucoup d’activités et les journalistes du journal Burundi Eco en ont fait largement écho et par conséquent le public a su ce qu’on faisait. Burundi Eco aide l’OBR à donner l’information ce qu’il faut au public. Je me dis que si le journal n’avait pas été là, il y aurait eu vraiment un manque dans l’information fiscale. « Ce journal est venu à point nommé», souligne M. Mvuyekure.

 

Du point de vue professionnal, -M. Mvuyekure apprécie les informations qui sont publiées dans le journal. En effet, les journalistes s’attachent à rapporter les faits et non les commentaires. « Concernant les informations en provenance de l’OBR, nous apprécions qu’ils rapportent les évènements tels qu’ils se sont passés et nous encourageons l’équipe à continuer sur la même lancée», renchérit M. Mvuyekure. Il fait remarquer que Burundi Eco est un hebdomadaire qui s’intéresse aux questions économiques dont le civisme fiscal, les activités de l’OBR, la fiscalité etc.

 

Pour conclure, M. Mvuyekure souhaite que Burundi Eco puisse continuer son travail avec professionnalisme, en faisant aussi intervenir des spécialistes dans les douanes et la fiscalité. « Nous serions heureux si ce journal continuait à explorer les domaines où il y a des innovations qui vont non seulement à l’avantage de l’OBR, mais aussi des contribuables. Cela pourrait encourager non seulement le civisme fiscal, mais également faire en sorte que les recettes de l’OBR augmentent »

A propos de l'auteur

Bella-Sonia Ndamiye.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur.
La rédaction se réserve le droit de ne pas publier les commentaires enfreignant ces règles et les règles de bonne conduite.

http://burundi-eco.com/wp-content/uploads/2017/11/Journal-Burundi-Eco-nr-271-du-vendredi-17-Novembre-2017-Mailling.pdf

    Abonnez-vous à notre newsletter

éditorial

Rentabilisation de la culture du café : Possible, mais difficile

Rentabilisation de la culture du café : Possible, mais difficile

D’une histoire datant de la période coloniale, le café est un atout pour la réduction de la pauvreté et l’augmentation de la croissance économique au Burundi. Initier dans le cadre de développer l’agriculteur par lui-même, le café est la principale culture d’exportation du pays. Il représente environ 60 à 70 % de la valeur des exportations totales. Le café burundais est classé premier au monde par sa qualité (fully washed). Un autre avantage pour qu’il reste le principal pourvoyeur de devises au Burundi.

    Facebook

    Facebook par Weblizar Powered By Weblizar

éditorial

Rentabilisation de la culture du café : Possible, mais difficile

Rentabilisation de la culture du café : Possible, mais difficile

D’une histoire datant de la période coloniale, le café est un atout pour la réduction de la pauvreté et l’augmentation de la croissance économique au Burundi. Initier dans le cadre de développer l’agriculteur par lui-même, le café est la principale culture d’exportation du pays. Il représente environ 60 à 70 % de la valeur des exportations totales. Le café burundais est classé premier au monde par sa qualité (fully washed). Un autre avantage pour qu’il reste le principal pourvoyeur de devises au Burundi.